Tunisie: Démarrage à Mahdia des journées pour les défis en sécurité informatique «Security Challenge Days»

Actualités informatiques

Les premières journées pour les défis en sécurité informatique «Security Challenge Days» lancées aux jeunes ont démarré à Mahdia.

Une cinquantaine de jeunes âgés de 15 à 24 ans ont été sélectionnés pour faire partie de cette élite dont une trentaine devant affronter dès ce matin les épreuves. Les autres suivront deux sessions de formation. L'une sur les virus (définition, types, prévention ), l'autre sur les métiers de la sécurité informatique.

Organisées par l'Association tunisienne de l'internet et du multimédia (Atim), en partenariat avec l'Agence nationale de la sécurité informatique (Ansi), ces journées visent entre autres à «créer un espace de rencontre pour les jeunes compétences dans le domaine de la sécurité informatique ( et à les faire) participer à un concours défi (challenge)», avons-nous appris du côté de l'Atim.

Plusieurs prix ont été ainsi programmés destinés à récompenser les trois meilleurs parmi les concurrents : un PC portable haut de gamme, un téléphone portable de même standing et un appareil photo numérique également haut de gamme. Les heureux gagnants auront également droit chacun à un abonnement ADSL 2 MO à l'internet, et ce, pour 5 ans. Les trois challengers auront aussi droit chacun à un trophée.

Les challenges se dérouleront en temps réel et les candidats sont tenus de réagir afin de sécuriser chacun sa machine. Un score final les départagera.

Hier en début de soirée, les participant ont commencé déjà à préparer chacun sa machine.

«La sélection des concurrents a été effectuée suite à un test online élaboré avec l'Ansi», nous a confié M. Moëz Souabni, président de l'Atim, avant le démarrage de la manifestaion, en insistant sur l'apport inestimable de l'Ansi pour l'organisation de cette rencontre qui a également reçu le soutien de plusieurs organismes publics et privés.

«Il s'agissait pour le candidat à la sélection de trouver la faille et de démontrer ainsi qu'il était capable de participer au concours. Ces présélectionnés ont eu cependant à subir un autre test sous forme d'entretien téléphonique asisté par l'Ansi, et ce, afin d'écarter ceux qui n'étaient pas sûrs de la démarche effectuée», a poursuivi le responsable.

Quel suivi pour ces rencontres ? «Eh bien, poursuivre l'encadrement de cette élite afin de lui ouvrir de nouveaux horizons et de faire en sorte qu'elle utilise son génie dans des applications utiles pour le pays».

La Presse