Le ministre Augustin Andriamananoro annonce les couleurs de sa politique de relance du secteur des télécommunications à Madagascar

Actualités Télécom

La libéralisation du secteur des télécommunications sera renforcée. Augustin Andriamanananoro , le ministre des Télécommunications, des Postes de la Communication et des Nouvelles Technologies (MTPCNT), l'a annoncé hier au cours d'un petit déjeuner de presse au Colbert. Une décision qui démontre que ce département est parti pour une nouvelle politique en la matière.

« Nous allons donner beaucoup plus de chances aux petits opérateurs nationaux d'opérer dans le domaine des télécommunication », a expliqué Augustin Andriamananoro. Autrement dit, les 3 ou 4 opérateurs actuellement opérationnels risquent d'augmenter en nombre. Quant aux infrastructures, c'est l'Etat qui pourrait s'en charger et les opérateurs en deviendront des utilisateurs. « Ce sera des infrastructures mutualisées » selon toujours le ministre qui milite pour une véritable révolution technologique. « Nous sommes décidés à prendre en main le développement technologique de Madagascar », déclare celui qui, durant la période transitoire de moins de 24 mois, veut rattraper le retard enregistré jusqu'ici en la matière. D'ailleurs, la création d'un nouveau département spécialement consacré aux nouvelles technologies est le signe fort de cette grande marche vers un secteur des télécommunications où Madagascar vivra, entre autres, l'ère de l'urbanisation numérique, à travers le projet PICOM, ou encore l'instauration de la politique de multiplexage des signaux et la mutualisation des pylônes.

L'autre dossier prioritaire de ce département est la mise en place de l'Agence de Régulation de la Technologie et de la Télécommunication (ARTEC). « Nous allons mettre en place l'ARTEC en prenant toutes les précautions nécessaires », déclare le ministre Andriamananoro Augustin qui va mettre en place une nouvelle forme de gestion du personnel. « Nous considérons nos collaborateurs comme de véritables forces de proposition et nous allons instaurer une forme de démocratie au sein même du ministère ». A propos de collaborateurs justement, le nouveau DG de l'ORTM Pilaza Zoreh était présent lors de la conférence de presse d'hier où l'on a également remarqué la présence d'autres cadres anciens ou nouveaux de ce ministère.

Le ministre Augustin Andriamananoro a également parlé de la mise en place du nouveau code de la communication. « J'invite les journalistes à procéder rapidement à l'élection du bureau de l'ordre des journalistes pour que le ministère puisse, par la suite, travailler avec eux en vue du bouclage du code de la communication », selon toujours le ministre qui a voulu démontrer ainsi que son département tient à consulter au maximum les journalistes concernant le code de la communication. Ce ministre a par ailleurs dit qu'il est contre la désinformation et n'accepte pas les propos qui tendent à troubler l'ordre public. « Nous sommes fermes sur ce plan et cela concerne tous les médias », selon toujours Augustin Andriamananoro qui ne voit pas d'un bon Å"il le fait que les médias qualifient le mouvement d'Ambohijatovo comme celui des « légalistes ». Il a également parlé d'une lettre de mise en demeure adressée à une station de radio qu'il qualifie de provocateur. Et l'histoire recommence.

Midi Madagasikara