Engagement du processus de privatisation de Bénin Télécoms

Actualités Télécom

Dans le cadre de l’ouverture du capital de Bénin Télécom Sa à d’autres investisseurs, un consortium de société dont l’expertise est requise en la matière a été mis en place pour conduire à bon port le processus. Au nombre de celles-ci, il y a la société d’ingénierie financière Africabourse. Votre journal s’est rapproché du Président directeur général de cette société afin de comprendre le role qui est leur et l’étape actuelle du processus.

Q: Peut-ont savoie le rôle d’Africabourse dans le consortium?

En tant que société d’ingénierie financière, Africabourse participera, aux côtés du gouvernement, à l’analyse des options et des stratégies d’ouverture du capital de Bénin Télécom ainsi qu’à l’analyse des principales attentes des investisseurs potentiels.

Q: Pouvez-vous définir pour nos lecteurs le contenu de la mission?

La mission s’articule en trois volets :

- Un premier volet de diagnostic qui consistera à faire un état des lieux comptable, financier, technique et juridique de Benin Teleocm.

- Ce diagnostic mènera au deuxième volet de la mission qui consiste en la formulation de propositions stratégiques au gouvernement béninois en vue de garantir le bon déroulement de l’ouverture du capital de Benin Telecom.

- Le troisième volet de la mission est la mise en œuvre proprement dite des options stratégiques retenues par le gouvernement béninois.

D’après les termes de référence, la mission est prévue pour s’achever le 31 décembre 2009 au plus tard.

Q: Peut-on dire que le Bénin a déjà fait le choix de l’investisseur stratégique ?

Non, il est bien trop tôt pour parler de choix de l’investisseur stratégique. Cette étape fait partie du troisième volet de la mission du consortium. Le choix de l’investisseur stratégique n’interviendra qu’au terme d’un processus strict d’appel d’offres international et suite à l’évaluation de la société. Aucun repreneur ne pourrait se prononcer sans une évaluation claire de l’opérateur historique béninois. Nous n’en sommes pas encore là.

La Nouvelle Tribune