Plaidoyer pour une prise en compte des droits des consommateurs en Afrique de l’Ouest

Actualités Télécom

Une mission de la Ligue pour la défense du consommateur du Bénin (LDCB) en séjour au Burkina a animé une conférence de presse le 11 avril 2009 à Ouagadougou. Au centre de celle-ci, le projet "Les services de télécommunications et les droits des consommateurs en Afrique" pour lequel la LDCB mène un plaidoyer auprès des organisations sous-régionales et régionales.

La qualité des produits de consommation n’est pas la seule préoccupation des associations de défense des consommateurs. Celles-ci se préoccupent également de la qualité des services comme les télécommunications. L’illustration de cet engagement est donnée par la Ligue pour la défense du consommateur du Bénin (LDCB) qui a initié, avec le soutien financier de OSIWA (Open Society Initiative for West Africa) et le gouvernement béninois, un projet intitulé "Les services de télécommunications et les droits des consommateurs en Afrique".

Les objectifs du projet sont de renforcer les capacités des associations de consommateurs afin qu’elles puissent impulser une nouvelle dynamique au secteur des télécommunications par des actions concertées à travers la prise en compte des préoccupations des consommateurs au niveau de la qualité et du coût des services à l’échelle nationale, sous-régionale et régionale. Et aussi constituer une veille citoyenne permanente autour des services de télécommunications et des droits des consommateurs en Afrique.

Un plaidoyer auprès des institutions régionales et sous-régionales figure parmi les activités du projet. C’est dans ce cadre qu’une mission de la LDCB a séjourné au Burkina du 8 au 13 avril 2009. Elle comprenait Romain Abilé Houehou, président de la LDCB, et Etienne Dossou Badou, chargé de programme à la LDCB. Le 11 avril 2009, la mission a animé une conférence de presse à Ouagadougou au siège de la Ligue des consommateurs du Burkina (LCB). Dans sa déclaration liminaire, Romain Abilé Houehou a fait savoir que la mission a eu une rencontre au siège de la Commission de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) pour plaider la prise en compte dans les directives de l’organisation communicataire relatives aux télécommunications des droits des consommateurs.

M. Houehou a dit avoir été informé de la prise en compte de cette préoccupation dans les directives. Seulement, il existe une lenteur dans leur transposition dans les textes nationaux. Avant la rencontre à l’UEMOA, la mission a été du 4 au 8 avril au siège de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) à Abuja au Nigeria. Selon M. Houehou, il a été question là-bas aussi de la prise en compte des 8 droits fondamentaux reconnus par les Nations unies aux consommateurs (voir encadré) dans les textes communautaires sur les télécommunications. Le chef de la mission dit y avoir rencontré une oreille attentive avec l’invitation faite à la LDCB de s’associer avec les experts pour la mise à jour en 2011 des textes additionnels de la CEDEAO sur les télécommunications. A l’issue de ces entretiens, la mission a formulé 2 recommandations.

La première est la représentation des associations de consommateurs au sein des autorités de régulation des télécommunications, et la deuxième se rapporte à la nécessité de faire bénéficier les redevances sur les télécommunications aux défenseurs des consommateurs. Romain Abilé Houehou a également informé les journalistes de la création en octobre 2008, dans le cadre de l’exécution du projet, du Réseau des consommateurs africains des technologies de l’information et de la communication (RéCATIC). Les créateurs de ce réseau dont les textes sont en finalisation envisagent de lui trouver un statut consultatif auprès des institutions sous-régionales et régionales oeuvrant à l’amélioration des services de télécommunications et de technologies de l’information et de la communication.

Ainsi qu’une accréditation auprès de la CEDEAO, de l’UEMOA, de l’Union internationale des télécommunications (UIT) et de ses bureaux sous-régionaux en Afrique. Dans la partie réponses aux questions, le président de la LDCB a expliqué que l’accent a été mis sur les télécommunications parce qu’elles sont un pôle important du développement que les défenseurs des consommateurs doivent investir. Et ce, pour veiller à la qualité des services. Après Ouagadougou, la mission se rend à Dakar au Sénégal au Bureau régional Afrique de l’Ouest de l’UIT pour le même plaidoyer du 13 au 17 avril 2009.

Les 8 droits fondamentaux du consommateur

1 - Droit à la satisfaction des besoins essentiels ; 2 - Droit à une garantie sur le produit ; 3 - Droit à l’information ; 4 - Droit au choix ; 5 - Droit à la représentation ; 6 - Droit de recours ; 7 - Droit à l’éducation ; 8 - Droit à un environnement sain.

Le Pays