Le projet Forcir entre dans sa sixième année au Cameroun

Actualités informatiques

Hébergée par l'Esstic, cette formation à distance permet aux apprenants de s'outiller pour la gestion des documents en entreprise. Depuis quelques jours, les candidats à la formation à distance en management de l'information et des documents dans l'entreprise s'activent au campus de l'Ecole supérieure des sciences et techniques de l'information et de la communication (Esstic).

Cela à la faveur du concours de recrutement qui court jusqu'au 30 novembre prochain et qui permettra aux heureux élus de faire partie de la sixième promotion.

Car c'est en 2003 que le projet de "formation continue en information informatisée en réseau" (Forciir) a vu le jour à l'Esstic. Une formation "dispensée sous forme d'enseignement, d'apprentissage avec positionnement de l'étudiant en entreprise ". Un positionnement qui fait l'objet d'une convention entre l'apprenant, l'entreprise et l'Esstic.

Mais en amont, il est signalé que ce projet rentre dans le cadre du programme de coopération pour la promotion des Ntic, et que c'est au ministère français des Affaires étrangères qu'a échu sa mise en place, lui qui vise à "la formation à distance des médiateurs utilisant les nouvelles technologies et à la modernisation des écoles africaines des sciences de l'information documentaire".

Et pour sa matérialisation, c'est l'Université Cheickh Anta Diop de Dakar qui a été choisi comme site de domiciliation du projet même si des partenariats sont développés avec des écoles du Bénin, de Côte d'Ivoire, du Gabon, de France, de Madagascar, du Maroc et bien sûr du Cameroun avec l'Esstic.

Avec comme objectif de "mieux positionner les jeunes diplômés à la recherche d'emploi sur le marché du travail avec une formation leur permettant d'être plus compétitifs dans l'entreprise ; de faire prendre conscience de la place de l'information dans la stratégie de l'entreprise comme outil de décision économique et politique".

Fort de cet objectif pertinent, l'Esstic a mis en place, selon Monique Mabou qui s'y occupe des affaires administratives, un campus avec un équipement comprenant "une salle informatique avec une douzaine d'ordinateurs connectés à Internet via un serveur".

A quoi il faut ajouter "une équipe d'enseignants de niveau universitaire et un vidéo-projecteur". Le souci étant qu'à l'issue de sa formation, l'apprenant soit capable de "gérer l'information interne de son entreprise, d'assurer la veille informative sur internet pour le personnel de l'entreprise, de défendre et de véhiculer l'image de celle-ci auprès du public par une communication active et de créer, administrer et gérer un site web."

Une qualification qui s'effectuera après neuf mois de formation "avec six mois en entreprise et deux stages de regroupement de quinze jours chacun à l'école".

Pour ce qui est des enseignements, ils vont de l'initiation à l'informatique à l'organisation et la gestion de l'entreprise en passant par la recherche et les sources d'information en ligne ou la gestion de l'information et des documents de l'entreprise. Le tout englobé dans cinq modules.

Les évaluations pour leur part relèvent des contrôles continus des connaissances sous forme d'évaluation à distance. Les certifications étant du niveau de Dess (certificat en management de l'information et des documents dans l'entreprise), les postulants doivent être de niveau maîtrise ou avoir eu une expérience professionnelle de trois ans après une licence.

Le projet est actuellement placé sous la direction de Louise Balock qui en assure l'intérim après Alexis Eyango Mouen qui pilota son installation en 2003.

Le Quotidien Mutations