Maroc Telecom survole les offres pour la privatisation de la Sotelma au Mali

Actualités Télécom

Le repreneur proposerait un chèque de plus de 165 milliards Fcfa pour 51% des actions.

Le processus de la privatisation de la Société des télécommunications du Mali (Sotelma) est arrivé hier à terme après le dépouillement des offres financières qui s'est déroulé au ministère de la Communication et des Nouvelles technologies en présence des représentants des sociétés concernées.

Le nouveau repreneur de l'opérateur historique ou adjudicateur provisoire ou encore le repreneur stratégique avec ses 51%, pourrait être Maroc telecom. Cet opérateur aurait fait une offre de 252 millions d'euros, soit plus de 165 milliards F cfa. Deux autres géants du secteur étaient en lice : Sudatel (Soudan) et Portugal télécom (Portugal).

Le premier aurait proposé 111 millions d'euros, soit plus de 72 milliards F cfa et le second aurait fait une offre de 80 millions d'euros, soit plus de 52 milliards F cfa. "Quatre opérateurs ont fait des offres techniques, à savoir Maroc télécom, Sudatel, Portugal télécom et Telecel globe. Mais ce sont les trois premiers qui ont fait des offres financières", selon une source proche du dépouillement.

Une dizaine de sociétés téléphoniques étrangères figuraient sur la liste de départ, a indiqué notre source : Maroc Telecom (l’heureux bénéficiaire), MTS (Russe/Liban), Portugal Télécom, Zain (consortium enregistré au Moyen Orient), Telecel Globe (installé en Égypte), Vodacom (Afrique du sud), Expresso (filiale de Sudatel), Istithmar (Dubaï), Emivest (Dubaï) et DC/Huawei (Afrique du sud/Chine).

Après son offre, Maroc télécom n'a pas encore totalement mis la main sur la Sotelma même si aucun autre concurrent ne le talonne véritablement. En effet il va falloir que son offre soit acceptée par le gouvernement. "Avec le dépouillement des offres financières, on peut dire que le processus de la privatisation de la Sotelma est arrivé à terme.

Il reste maintenant au gouvernement d'accepter ou de ne pas accepter l'offre qui a été faite par Maroc Telecom. Je pense qu'il ne tardera pas à le faire", a déclaré notre source. Il faut rappeler que le partage du capital donne 51% au partenaire stratégique, 20% à l'État, 10% aux travailleurs de la Sotelma et 19% au grand public.

Maintenant que l’opérateur historique a un nouveau repreneur, qu’en est-il du plan social quand on sait son exécution a pris un léger retard (il devait être exécuté avant le 31 décembre 2008) ? "Le plan social est pratiquement bouclé et il sera exécuté au plus tard le 31 de ce mois", a assuré une source du département de la Communication et des Nouvelles technologies.

D'après les informations en notre possession, ils sont aujourd’hui plus de 600 agents sur les 1.382 que compte la société qui sont candidats au départ volontaire.

Maroc Telecom est le leader des télécommunications au Maroc, en Mauritanie à travers sa filiale Mauritel, au Burkina Faso (Onatel) et au Gabon (Gabon Telecom). La société devient en 2004, une filiale de Vivendi Universal à hauteur de 51% (participation augmentée à 53% depuis) grâce à sa privatisation par l'État marocain, qui ne conserve que 30% du capital. Le reste étant introduit en bourse depuis décembre 2004.

Maroc Télécom va ainsi acquérir une société d'un capital de 8,792 milliards Fcfa. L'entreprise possède un portefeuille de plus de 747.407 clients dont 672.045 abonnés au mobile GSM, 71.282 abonnés au téléphone fixe et 4080 abonnés aux services Internet.

Les principaux atouts de l'opérateur historique sont une connaissance profonde du marché, une clientèle fidèle, une adhésion du personnel au processus de privatisation, des infrastructures techniques étendues, modernes et entièrement numérisées.

Ce n'est pas tout. La Sotelma dispose aussi d'un réseau GSM avec une bonne qualité de service et d’une présence sur toute l'étendue du territoire.

Malikounda