De nouveaux passeports biométriques entreront en vigueur en juillet en Côte d’Ivoire

Actualités informatiques

Le sous-directeur de la police de l'air et des frontières donne des précisions sur le nouveau document qui entre en vigueur en juillet.

Q : Commissaire, où en est-on avec le projet du passeport biométrique?

Tout est fin prêt. Et bientôt, nous allons lancer la machine.

Q : Bientôt, c'est-à-dire dans combien de temps exactement?

Le 15 juillet précisément, nous démarrerons. Nous commencerons donc la production du passeport ordinaire biométrique. Ce document est sécurisé en ce sens qu'il comporte une puce sur laquelle sont stockées toutes les informations biométriques et biographiques concernant le requérant. Il s'agit de la photo, des empreintes digitales et de toutes les autres informations l'identifiant, à savoir le nom et prénom, la date de naissance, la profession et la validité du passeport lui-même. Une autre page de personnalisation contient ces mêmes informations.

Q : Pourquoi un passeport biométrique pour les Ivoiriens?

On y est arrivé parce qu'il y a un réel problème. Au plan interne, la page de personnalisation était écrite à la main. C'est-à-dire que nous écrivions toutes les informations concernant le détenteur à la main. Ensuite, la photo est collée là-dessus. Avec un tel passeport, la falsification est aisée. Ce qui entraîne une perte de confiance vis-à-vis de notre passeport. Par ailleurs, la Cedeao fait obligation à ses pays membres de sécuriser leur document de voyage. Enfin au lendemain des attaques du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis, il y a eu une très forte pression des Américains et des pays occidentaux qui vont très bientôt interdire l'accès à leur territoire aux personnes qui ne seront pas détentrices de passeport biométrique.

Q : Quels sont les documents exigés aux requérants?

Les pièces administratives restent les mêmes. C'est-à-dire l'original de l'acte de naissance, l'original du certificat de nationalité, la photocopie de la carte nationale d'identité verte ou l'original de l'attestation d'identité. Pour les conjoints dont l'époux est Ivoirien, en plus des documents cités, il faut produire la photocopie de l'acte de mariage et la photocopie de la carte nationale d'identité de l'époux. Quant aux naturalisés, ils doivent produire en plus des pièces communes, le décret de naturalisation et un extrait du journal officiel. Les mineurs doivent en surplus produire une autorisation parentale.

Q : Comment se présente la procédure d'établissement?

C'est évident que les choses vont changer par rapport à ce que nous faisions. Auparavant, tout se faisait sur place, ici, à la direction nationale de la sûreté. Maintenant, nous commençons par le paiement des frais (40 mille francs) qui s'effectuera dans les guichets de deux banques retenues (Ecobank et Cobaci). Ensuite, le requérant, avec le ticket de paiement, se rendra dans un site d'enrôlement de son choix pour retirer un formulaire d'identification. Nous aurons cinq sites à Abidjan, la direction nationale de la sûreté, Yopougon, Abobo, Marcory, et Cocody. Tous les documents nécessaires seront contrôlés sur place. On prend la photo, les empreintes digitales. Au bout de 72 heures, le passeport, en principe devrait être prêt. Mais, nous mettrons un peu plus de temps parce que toutes les informations collectées sur les sites seront vérifiées à la sous-direction de la police de l'air et des frontières.

Q : Quel est le délai maximum?

Ca dépend. Ce que nous recherchons, ce n'est pas seulement la célérité. Il y a aussi la sécurisation de ce document.

Q : Donc tous les requérants n'auront pas ce document?

Tous les Ivoiriens l'auront. Mais pas tous les requérants. Le passeport est réservé aux Ivoiriens uniquement.

Q : Comment ferez-vous pour les Ivoiriens de l'étranger avec cette procédure qui paraît longue?

L'enrôlement va se faire dans certaines ambassades choisies selon les mêmes procédures qu'ici. Mais le passeport sera produit à Abidjan. A l'enrôlement comme au retrait, le requérrant doit être présent physiquement. C'est d'ailleurs pour cela qu'on se déplace dans les ambassades.

Q : Quel est le sort des passeports encore valides?

Pour le moment, il n'y aura pas de problème. Nous n'avons pas encore commencé à produire le nouveau. Même à partir du 15 juillet 2008, les deux passeports circuleront ensemble. C'est seulement au bout de la période transitoire de 18 mois que le passeport biométrique sera le seul document de voyage valable.

Q : Malgré les explications du ministre de l'Intérieur, le coût paraît tout de même élevé.

Ce n'est pas vrai. Le passeport biométrique coûte 40 mille pour une validité de cinq ans. Il n'est pas prorogeable. Or l'ancien coûtait 25 mille francs pour trois ans et prorogeable une fois; donc, il revenait à 50 mille francs pour six ans. Faites le rapport vous-même. Nous rassurons les Ivoiriens que ce passeport présentera beaucoup davantage pour eux. Ils auront moins de problème de visa à cause de la sécurisation. Et puis, ils courent plus de risques liés à l'usage frauduleux de leur passeport par une tierce personne.

Q : L'aéroport sera-t-il doté à temps d'équipements nécessaires à la lecture des informations contenues sur le passeport biométrique?

Nous avons pris toutes les dispositions nécessaires pour cela. En plus de l'aéroport, nous pourrons lire ces informations à la sous-direction de la police de l'air et des frontières et aux frontières.

(Source : Fraternité Matin)