Mi-Fone lance un mobile pour moins de 17$ US ciblé vers les populations rurales

L'éditorial du mois

Le fabricant de combinés portables Mi-Fone est décidé à produire des combinés peu chers qui permettront aux opérateurs mobiles d’étendre leur offre à une plus large catégorie d’utilisateurs à bas revenu. L’éventail de son offre va d’un combiné sans écran pour moins de 17$ US à un mobile pour 35$ US comprenant une caméra, une radio FM et un écran en couleur. Mi-Fone est pour l’instant qu’un nouvel équipementier avec beaucoup de prétentions mais sans vrai marque mais son fondateur, Alpesh Patel, qui était un responsable en chef dans le service de vente de Motorola, connaît bien le terrain. Dans un entretien avec Russell Southwood, Alpesh Patel explique comment il envisage de pénétrer le marché.

Mi-Fone a reçu des commandes d’essais de plusieurs opérateurs incluant Celtel Nigeria, Tigo Ghana, Cellcom et Orange Madagascar. Celtel Nigeria a approuvé le combiné pour la vente. Pour Alpesh Patel, il s’agit bien d’une opportunité de distribution à grande échelle. « 30% des opérateurs que nous avons contacté ont répondu positivement et vont ajouter nos combinés à leur liste de mobiles recommandés. Si cela marche bien, nous pensons pouvoir frapper aux portes des opérateurs dans les autres pays ».

Durant le premier mois de commercialisation en avril 2008, Mi-Fone a reçu des commandes pour 15,000 unités et s’emploie à développer un réseau de distribution dans les pays clés. La société compte parmi ses distributeurs : l’Uganda (Cell to Cell), l’Ile Maurice (Mauritel qui est aussi une société qui a investi dans Mi-Fone), le Kenya (Phones Express), le Ghana (Melcom Group) et l’Afrique du Sud (XP).

Le portable sans écran à moins de 17$ US sera disponible en juillet. Ce combiné est le résultat de la demande des opérateurs mobiles pour des portables à bas prix. C’est bien étrange de ne pas avoir un écran et difficile de se rappeler que la téléphonie mobile avait démarré avec de tels combinés. L’activation du téléphone se fait via un serveur vocal et il n’a pas d’option SMS. Le combiné cible la population très jeune et la population agée en milieu rural qui manquent d’argent et souffrent d’illétrisme pour manipuler un combiné offrant plus de fonctionnalités. Le portable est aussi destiné à la population agée malvoyante. Mi-Fone estime que leurs portables seront attractifs dans les nouvelles zones de couverture ou les gens ne sont pas encore très familiers avec des portables.

Patel admet « que les gens sont étonnés par ce téléphone. Il leur est difficile de croire en l’idée d’un portable sans écran. Nous ne comptons pas vendre des millions d’unités mais les opérateurs demandaient des combinés peu chers donc nous avons réduit les fonctionnalités au maximum ». Si le coût de ce portable est partiellement financé par les opérateurs, les combinés peuvent être vendus à 4-5$ US à l’unité.

Les autres combinés portables qui sont fabriqués en Chine, affichent des prix entre 20 et 40$ US. La réduction du nombre de fonctionnalités a aussi permis d’allonger la durée de vie de la batterie. Le modèle Mi 220F a une caméra VGA, une radio FM et un écran couleur et ne coute que 35$ US.

La société entend aussi consacrer une partie de sa stratégie à cibler les jeunes avec des combinés présentant assez de fonctionnalités à un prix qui retiendra leur attention. Patel estime que les étudiants seront particulièrement intéressés par des mobiles à bas prix. Il croit avec passion que la téléphonie mobile est le futur de l’Afrique et il compte produire un portable à bas prix qui permettra d’accéder à l’Internet.

La ligne démarquant les portables de marque des portables génériques est très mince. Les portables de marque avec entre autre Nokia, Motorola, Samsung, Apple ont dépensé des millions à créer un rêve évanessant. Les visages blancs et heureux sur les pancartes publicitaires de Nokia en Afrique aspirent à quelque chose de meilleur. Vous ne disposez peut-être pas de la richesse ou du style mais votre portable est une publicité bien visible pour montrer qui vous êtes comme africain.

Malgré leurs efforts marketing, les grands fabricants de portable sont plus vulnérables dans des pays en voie de développement comme en Afrique. Les investissements réalisés dans la recherche et le développement et les coûts plus élevés dans les pays développés font qu’il est plus difficile d’opérer avec de faibles marges au bas de l’échelle des prix. Cette maigre marge de manoeuvre sera peut-être juste suffisante (et seulement juste suffisante) pour permettre l’entrée d’un fabricant de portables génériques.

Entre temps et à l’opposé dans l’éventail des prix des mobiles, Orange a annoncé un accord avec Apple pour la distribution de l’iPhones dans les pays africains. Cela inclut la Guinée, la Guinée-Bissau, la Guinée Equatoriale, le Sénégal, la Côte d’Ivoire, le Niger, le Mali, le Kenya, le Cameroun, Madagascar, le Botswana et la République Centrafrique. A signaler que l’iPhone est déjà en circulation en petites quantités dans un certain nombre de pays africains.

Il est difficile de pronostiquer le niveau de vente des iPhones en Afriques mais l’interface de l’écran devrait encourager la réflexion sur comment fabriquer un combiné portable qui peut revendiquer d’être facile à utiliser pour accéder l’Internet. Le nombre de consommateurs « data » est entrain d’augmenter en Afrique et ces utilisateurs vont certainement vouloir un mobile qui ne suppose pas d’avoir des doigts très fins.