Les effets positifs de la libéralisation des télécommunications à l’Ile Maurice

Actualités économiques

En cinq ans, les appels vers l'étranger à travers des cartes prépayées ou des comptes post-payés sont devenus accessibles à la majorité des Mauriciens. Aujourd'hui le coup de fil à ses parents ou contacts est devenu naturel et surtout peu coûteux. En 2003, téléphoner à un proche en France coûtait encore Rs 24 la minute. Aujourd'hui, les tarifs sont à moins de Rs 6. Certaines destinations sont même arrivées à moins de Rs 4 pour 60 secondes de communication.

Expliquer ces baisses tient en un mot : libéralisation. Cinq ans de cela, un seul opérateur régnait en maître sur le domaine de la téléphonie. Depuis la libéralisation en 2003, ils sont sept à s'adonner à une compétition féroce sur le marché. De plus, l'Information & Communication Technologies Authority (ICTA), le régulateur du secteur des télécommunications, continue ses initiatives pour faire bénéficier au consommateur des réductions tarifaires.

C'est d'ailleurs la révision de la politique sur l'International Usage Charge (IUC) effectuée par le régulateur qui a permis aux opérateurs de proposer de nouveaux prix pour les appels internationaux directs et à travers l'Internet. Cette révision du tarif d'interconnexion, annoncée le 30 avril et mise en pratique depuis le 15 mai, avait été suivie par une invitation aux opérateurs à soumettre leurs propositions de nouveaux prix pour que les usagers puissent bénéficier pleinement de la baisse des frais d'interconnexion.

L'approbation de ces soumissions ayant été reçue lundi soir, plusieurs opérateurs en lice proposent donc de nouveaux tarifs à leurs clients depuis mardi minuit, à savoir, Yello, Outremer Telecom et Mahanagar Telephone Mauritius Ltd (MTML). Emtel a, pour sa part, revu sa grille depuis la mi-mai.

«Ce à quoi nous assistons, c'est la vertu de la concurrence. C'est un exemple concret de ce que peut apporter la libéralisation et, celui qui en profite, c'est le consommateur. En fait, partout où il y a eu libéralisation au niveau des télécommunications, on assiste au même phénomène», explique Michel Rigot, directeur-général d'Outremer Telecom à Maurice.

Et les dernières baisses sont conséquentes. MTML diminue ses prix de 7 à 33 %, Yello de 1 à 46 % et dans la fourchette de 5 à 30% pour Emtel. Quant à Outremer Telecom, il applique des réductions de l'ordre de 17 à 29%. John Ng, directeur de Hotlink, qui commercialise ses services sous la marque Yello, fait un bilan positif des cinq années de libéralisation. Aujourd'hui, les nouveaux entrants ont pris une part significative du marché. Mais il estime qu'il faudrait faire encore davantage d'efforts.

Si la téléphonie internationale se porte plutôt bien, ce n'est pas le cas pour d'autres domaines des télécommunications. Au niveau de l'Internet, par exemple, c'est l'opérateur historique qui domine de la tête et des épaules.

Nombreux sont donc les acteurs du secteur à demander le dégroupage de la ligne téléphonique comme cela s'est fait ailleurs dans le monde. «Il faut libéraliser davantage. Les télécommunications sont encore sous la forte influence de l'opérateur historique et il faudrait faire du dégroupage, surtout au niveau de l'Internet», pense John Ng.

C'est également l'opinion exprimé de Michel Rigot. «S'il y avait une libéralisation au niveau d'Internet et surtout de l'ADSL, là également, les prix connaîtraient de fortes baisses. Il faut continuer à libéraliser.» Reste à savoir jusqu'où ira la guerre des prix de la téléphonie internationale. Selon les opérateurs interrogés, il serait difficile d'aller encore plus bas que ce qui est pratiqué actuellement. «Franchement, on ne s'attendait pas à ce que les tarifs baissent aussi vite», confie Michel Rigot.

Reste que c'est l'usager qui en sort gagnant. Non seulement la libéralisation a eu un impact fort sur les prix, mais elle a aussi permis aux consommateurs de communiquer davantage avec l'étranger. En 2003, il y avait environ 50 millions de minutes d'appels sortants par an. Le marché a maintenant atteint 150 millions de minutes.

L'Express