Bientôt un organe de régulation des télécommunicatons en Guinée

Actualités Télécom

Le ministre de la Communication et des nouvelles technologies de l’information, Tibou Kamara a échangé hier lundi 30 juin avec les patrons de la téléphonie GSM en Guinée. Il s’agit de la Sotelgui , d’Intercel, d’Areeba, d’Orange et de Cellcom.

L’essentiel de l’intervention de Tibou Kamara était axé sur la mise en place dans les prochains jours d’un organe de régulation du secteur de télécommunications en Guinée. Car, pour lui, l’absence de cet instrument de contrôle de l’applicabilité des cahiers de charge constitue toujours un handicap dans la normalisation définitive des services rendus par les différents promoteurs de téléphonie. Aussi, le plus jeune ministre du gouvernement Souaré entend rediscuter les licences. Cela, dit-il, fait partie de mes priorités : « Il faut que les licences soient délivrées aux opérateurs au même titre, au même prix pour que tous les opérateurs aient le même avantage et les mêmes obligations vis-à-vis de l’Etat. En un mot, mon intention est de mettre tout le monde au même degré de chance. Ce n’est nullement pas une chasse aux sorcières ».

Avant de donner parole aux 5 opérateurs de téléphonie présents en Guinée, le ministre a saisi l’occasion pour leur féliciter de l’effort fourni jusque-là : « Je suis d’autant comblé qu’heureux de vos efforts pour l’ouverture de la Guinée au monde extérieur par la télécommunication ».

Par ailleurs, le ministre exigera à ses interlocuteurs le paiement des redevances dues à l’Etat.

A tour de rôle, les patrons des sociétés de téléphonies ont exprimé leur adhésion à la nouvelle politique qu’envisage d’imprimer le nouveau ministre de la Communication. Une ronde au cours de laquelle, ils solliciteront l’appui du gouvernement pour la baisse des facteurs de production et autres. Le DG de Intercel-Guinée soulignera que le paradoxe c’est le coût de production qui reste très élevé en Guinée mais les tarifs de communication sont par contre les plus bas dans la sous région. D’où ces quelques propositions : la déductibilité de la TVA sur le carburant, la baisse de la barrière à l’entrée des téléphones portables.

Le DG de la Société des télécommunications de Guinée (SOTELGUI), Thierno Oury Diallo a quant à lui, regretté l’implantation anarchique des pilons. « C’est le seul pays où on peut trouver cinq pilonnes dans un périmètre de 5m² » a fait remarquer le DG de la Sotelgui.

(Source : Le Diplomate Guinéen)