La guerre de la téléphonie sur IP – la bataille se rapproche des opérateurs mobiles

L'éditorial du mois

Les fournisseurs de téléphonie IP ont senti la pression dans les douze derniers mois alors que les opérateurs locaux ont baissé leurs tarifs sur les communications internationales. De plus en plus de fournisseurs d’accès Internet comme MWeb tirent partie de la libéralisation de la téléphonie sur IP pour offrir des tarifs de communication moins chers. Le FAI pan-africain a annoncé la semaine dernière le lancement de son service voix sur son réseau VSAT dans cinq pays différents du continent. En parallèle de nouveaux applicatifs permettant de faire de la téléphonie sur IP sur un mobile menace de retirer une partie des revenus des opérateurs mobiles. Russell Southwood analyse les changements dans la guerre de la téléphonie sur IP au regard de la baisse des tarifs de communication.

Un certain nombre de changements qui sont intervenus dans la tarification des appels internationaux, sont entrain de transformer le marché et la façon dont la téléphonie sur IP est offerte aujourd’hui :

- Les tarifs des communications internationales continuent de baisser. Au Bénin par exemple, MTN propose un prix de 80 Francs CFA la minute (0.19 dollar US) pour tout appel vers un autre réseau de MTN dans la sous-région. MTN Bénin a aussi ramené ses tarifs sur toutes les autres destinations internationales à un prix unique de 120 Francs CFA par minute (0.29 dollars US). Cette approche d’un prix unique pour les destinations internationales signifie pour les fournisseurs de téléphonie IP qu’ils ne sont pas toujours compétitifs sur la plupart des destinations à l’exception des plus populaires. Au Nigéria, les tarifs des appels sont même plus bas et se situent entre 0.16 et 0.25 dollar US par minute. En général, l’augmentation du volume du trafic a plus ou moins compensé la perte de revenu due à la baisse des prix.

- Le fossé entre le prix d’un appel international vers un fixe et un mobile est entrain de se réduire. Il a toujours été normal d’assumer qu’un appel vers un mobile était plus cher, une sorte de plus pour bénéficier de la mobilité. Cette différence de prix est entrain de s’évaporer avec des tarifs similaires pour les fixes et les portables. Au Sudan par exemple, le prix des appels internationaux a baissé de 0.90 dollar US à 0.49 au cours des deux dernières années et ce niveau de prix est pratiqué par les quatres principaux opérateurs locaux. Des tarifs à ce niveau offrent néanmoins toujours une marge de manoeuvre considérable aux fournisseurs de téléphonie IP qui proposent des prix à 0.10 dollar US la minute. A cela, il faut ajouter la nouvelle concurrence qu’occasionne l’entrée sur le marché de fournisseurs de téléphonie IP disposant d’une licence (voir plus bas dans l’article)

- Pour les fournisseurs de téléphonie IP qui achètent la minute à 0.3 ou 0.4 dollar US, les tarifs les plus bas offerts par les opérateurs disposant d’une licence, menacent la rentabilité de leurs activités en particuliers parce qu’ils opèrent à petite échelle à l’écart de toute publicité. Mais ce n’est pas seulement le prix par minute qui va influencer la décision d’utiliser ou non un cybercafé. Si les prix de la téléphonie sur IP qui est généralement disponible dans les cybercafés via des PC et des casques micro, sont rattrapés par ceux des autres opérateurs, alors de plus en plus de gens seront attirés par l’idée de confort de passer un appel sur leur portable à l’heure et à l’endroit qui leurs conviennent le mieux.

Pourtant à l’horizon se dessine une menace qui pourrait destabiliser les opérateurs mobile africains. Vyke, un fournisseur de téléphonie sur IP, propose des applicatifs permettant des appels IP sur les mobiles aussi longtemps que le réseau supporte la transmission de données. A présent le logiciel VoIP fonctionne uniquement sur des portables Nokia tournant avec le système d’exploitation Symbian mais Havar Bauck, le directeur des ventes - Afrique chez Vyke parle « d’étendre le système vers un plus grand nombre de plateformes. Notre stratégie est de devenir le leader dans la téléphonie sur IP ». L’année dernière Vyke a racheté le fournisseur IP britannique, Callserve/Phoneserve, actif en autres sur les marchés africains.

Evidement si l’utilisateur du service Vyke peut uniquement passer des appels IP vers un autre utilisateur Vyke, les dommages seront limités pour les opérateurs mobiles. Cependant, rien n’empêche Vyke d’adopter la même stratégie que Skype Out offrant des tarifs à moindre coût vers des numéros fixes et portables. C’est une chose qui est facilement réalisable pour des appels vers ou provenant de l’Afrique.

Les facteurs limitants seront la qualité du réseau et le coût des connexions data. Selon le Codex utilisé, la téléphonie IP requiert une certaine capacité, en particulier si vous êtes à la recherche de la qualité. Il reste à voir sur les réseaux 3G et HSDPA qui apparaissent sur le continent africain seront capable de gérere ce traffic en particuliers durant les heures de pointe. A l’heure actuelle, la tarification pour des connexions data sur mobile est largement basée la consommation. Par conséquent il est fort posssible que les économies réalisées sur les appels soient annulées par le prix à payer pour le téléchargement. Dans les pays où les prix entre le fixe et le mobile se rapprochent, des appels peu chers voire gratuits constituent une option attractive. Par ailleurs, il n’y a rien qui empêche les vendeurs de rue d’étendre leurs services à des appels internationaux.

Alors que MWeb est en phase d’être vendu par enchères, la société n’est pas en reste avec de nouveaux services. Elle compte lancer un nouveau service de téléphonie sur IP sur son réseau VSAT au Botswana, au Congo RDC, en Angola et au Rwanda. Le service sera commercialisé via son réseau de distributeurs agréés.

Ces distributeurs achètent en ligne les crédits d’appels et reçoivent un système de facturation : en d’autres termes, une activité qui n’est pas bien différente de celle nombreux fournisseurs VoIP basé à l’extérieur du continent africain. Leur service propose des appels à 0.10 dollar US la minute et des appels gratuits vers d’autres utilisateurs MWeb. Leur offre est destinée tant aux résidentiels qu’au professionels qui acheteront la connexion VSAT combinée avec son service VoIP. La société a allouée de la capacité complémentaire pour la voix pour assurer une qualité maximale lors de la transmission par satellite.

MWeb offre des connexions VSAT dans 14 pays et cherche à étendre son service VoIP sur l’ensemble de ses opérations. En Afrique de l’Est par exemple, la société entend utiliser la technologie WiMAX à la place du VSAT pour connecter ses clients.