Services en ligne à Douala III : il reste juste à former les citoyens !

Actualités Internet

Les populations de cet arrondissement s'approprient progressivement le site Internet de la mairie.

Elle vient tout juste de récupérer le document. Marie Solange Nouidjeu qui prépare quelques concours administratifs, tient fièrement sa copie légalisée d'acte de naissance à la main, et peut désormais se rendre au tribunal, pour d'autres pièces. Si la jeune étudiante reconnaît avoir dû squatter plusieurs jours d'affilée les locaux de l'hôtel de ville de Douala 3 à Logbaba pour un certain nombre de documents dont elle avait besoin, sa tâche a été facilitée par les informations qu'elle a pu récolter sur le site Internet de la mairie, www.douala3.com. « Je surfe au moins deux fois par semaine. Quand j'ai appris que la mairie avait déjà un site web, je l'ai consulté et j'ai pu ainsi connaître rapidement toutes les pièces qu'il me fallait pour les actes d'état civil. Ce qui fait qu'en venant ici, mes dossiers étaient déjà complets et c'est allé plus vite », explique-t-elle.

En réalité, le site de la mairie lui permettait déjà de faire une demande d'établissement de ses pièces, sans avoir à se déplacer. « Un peu trop compliqué. Je n'ai pas très bien compris comment il fallait s'y prendre, et j'ai préféré venir ici moi-même », justifie Marie-Solange à cet effet. D'autres administrés de l'arrondissement, à l'instar de Emmanuel D., sont allés un peu plus loin, en souscrivant en ligne une demande d'établissements d'actes d'état civil.

Le maire Oumarou Fadil de son côté, ne cache pas sa satisfaction. L'édile qui connaissait la difficulté à imposer cet espace web auprès d'une population en qui la culture des nouvelles technologies n'est pas encore profondément ancré, a été positivement surpris par les premiers feedbacks enregistrés. En quelques semaines, près de 8,000 personnes ont déjà visité le site, et le nombre de demandes en ligne enregistrées par le serveur principal, géré par la cellule informatique de la mairie, va croissant. Il faut dire que l'animation, les contenus et l'interactivité du site y sont pour beaucoup. Les bans de mariage sont par exemple publiés également en ligne, les informations sur les pièces administratives à fournir pour tel ou tel autre document, les marchés publics, les comptes rendus des sessions de conseil municipal, les offres d'emplois et de stages disponibles, les plans de localisations des quartiers. Et Oumarou Fadil souhaite aller plus loin, en enrichissant ces contenus par des reportages sur la vie dans les quartiers de l'arrondissement, des tchatches en ligne avec le maire, ou encore l'élaboration participative des budgets, grâce à des sondages réalisés sur le site de la mairie et où les populations devront indiquer leurs priorités, afin d'aiguiller les futurs plans de campagne de la mairie.

(Source : Cameroon Tribune)