MTN fait exploser son parc d’abonnés en Afrique du Sud

Actualités Télécom

Un parc d’abonnés en forte croissance, frôlant dans certaines régions 47%, voire 100%. Seul bémol, le déclin prononcé du revenu par abonné qui montre bien que dans le secteur des télécoms, la montée en gamme dans les investissements qualitatifs est une équation complexe.

Le géant sud-africain comptabilisait 74,1 millions de clients à la fin du premier semestre 2008 à travers les 21 pays où il est présent. Il s’agit d’un résultat d’autant plus impressionnant qu’il vient en croissance de 53% par rapport à la situation d’il y a une année. Une raison explique cette explosion du parc, le choix de MTN pour des investissements lourds en infrastructures (même si cela gonfle le prix de revient des nouveaux abonnés) et le renforcement du circuit de distribution.

Cette valorisation incontestable ne manquera pas de relancer les appétits des nombreux repreneurs potentiels de MTN, comme le groupe indien Reliance.

Ainsi, en six mois, la région de l’Afrique de l’Ouest et du centre a vu croître de 16% son nombre d’abonnés, en totalisant désormais 32,5 millions. Dans le même temps, l’Afrique australe se hissait à 21 millions d’abonnés (+9%), talonnée par la zone Mena (Afrique du Nord et Moyen-Orient). Celle-ci réalise la meilleure progression, soit 47%, portant le total abonnés à 20,6 millions. Cette forte croissance dans cette région est redevable à MTN Irancell (Iran), qui connaît un bond de 93% (11,6 millions d’abonnés) en six mois.

Côté bilan, la multinationale d’origine sud-africaine a augmenté ses recettes de 35% à 46,1 milliards de rands. L’augmentation est essentiellement drainée par les filiales nigériane et sud-africaine qui réalisent des performances de, respectivement, 39% (13,4 milliards de rands) et 18% (15,4 milliards de rands). Le groupe réalise un EBIDTA (earnings before interest, tax, depreciation and amortisation) correspondant à l’excédent brut d’exploitation de 19,6 milliards de rands, en augmentation de 29%. La division Afrique de l’Ouest, de l’Est et du centre y contribue à hauteur de 57%, contre 30% pour l’Afrique australe et 11% pour la région Mena. Dans l’ordre, ces trois régions réalisent une croissance semestrielle de l’EBE de 54%, 34% et 8%. Des chiffres qui montrent bien (dans le cas du Mena) que la corrélation entre la croissance du parc d’abonnés et l’augmentation des profits reste à prouver quand des investissements lourds sont consentis. C’est la principale raison qui explique le déclin, chez MTN, du revenu par abonné dans plusieurs segments. Heureusement, les actionnaires qui bénéficient d’un bénéfice par action de 408,5 cents, en croissance de 26%, ont les moyens de reporter leurs soucis à plus tard. Cette valorisation incontestable ne manquera pas de relancer les appétits des nombreux repreneurs potentiels de MTN, comme le groupe indien Reliance, présidé par Mukesh Ambani, l’une des plus grosses fortunes du monde, qui se heurte, depuis le mois de mai dernier, à l’hostilité du gouvernement sud-africain.

(Les Afriques)