Perturbations du réseau téléphonique au Congo, le CNDP pointé du doigt

Actualités Télécom

Depuis un temps, des perturbations téléphoniques sont devenues monnaie courante dans la cité de Sake. Ces perturbations concernent les réseaux de télécommunication Tigo, Zain, Vodacom et Congo Chine Télécom (CCT).

Pour la population de cette partie de la province du Nord-Kivu, ce sont les éléments du Congrès national pour la défense du peuple (CNDP) de Laurent Nkunda, qui seraient à la base de ces perturbations. Elle justifie son argumentaire par le fait que ce sont les rebelles du CNDP qui contrôlent la zone où sont implantées les antennes desdits réseaux.

Selon la population de Sake, ce mouvement politico-militaire exige des taxes exorbitantes aux agents qui s’occupe de la maintenance sur place, révèle radiookapi.net.

La même source indique que la plainte de la population va de pair avec le mémorandum de la Société civile, lu par ses membres lors d’une marche pacifique organisée, le mardi 21 octobre courant à Sake.

Il sied de noter que les entreprises de télécommunication Vodacom, Zain, CCT et Tigo, dont les antennes arrosent la grande partie du Sud du territoire de Masisi, sont implantées dans les collines de Kiuli, surplombant la cité de Sake.

A en croire le porte-parole du bureau politique du CNDP, Bertrand Bisimwa, « il s’agit tout simplement d’une diabolisation de son mouvement ». Avant de mentionner que le même problème se pose également sur les antennes super cell qui arrosent la partie Kichanga et Mweso, où les hommes fidèles à Laurent Nkunda se sont affrontés dernièrement aux troupes loyalistes. La société Zain arrose de nouveau Sake depuis trois jours, après un mois de coupure de signal. La société civile croit qu’il n’y a encore aucune garantie sur la continuité de connexion, a-il souligné.

De leur côté, les entreprises concernées par les perturbations ne se sont pas encore prononcées pour éclairer l’opinion.

Le Potentiel