Le Mali se connecte à SAT3 par la Côte d’Ivoire

Actualités Internet

Près de 1265 km de fibres optiques dont 750 sur le territoire ivoirien relient Abidjan à Bamako, capitale du Mali. Le réseau de fibres optiques installées a une capacité de 12bnns. Il est relié à des équipements de transmission modulaire avec une interface de STM16. Ces installations ont une capacité de transmission de 2016 mégabits par seconde. 800 millions de minutes de communications téléphoniques par mois. Egalement 85 000 abonnés à Internet haut débit ADSL ou Wimax.

A travers la Côte d’Ivoire, le Mali est ainsi connecté aux câbles transatlantiques SAT3. Le poste d’interconnection reliant les deux pays a été implanté à la lisière du village ivoirien de Pogo, et celui de Zégoua village du Mali. La réalisation de cette infrastructure a coûté environ 15 milliards fcfa aux opérateurs de télécommunications des deux pays. Notamment Côte d’Ivoire Télécom pour la Côte d’Ivoire et Sotelma pour le Mali, toutes deux membres de la Conférence des télécommunications ouest-africaines (CTOA).

Le projet du Mali a été précédé de celui du Burkina Faso, réalisé aussi à partir de la Côte d’Ivoire. Dans ces trois pays, le réseau de télécommunication amélioré permettra de renforcer les noyaux de communication des secteurs public et privé. Les transferts de données à très haut débit se feront sans risque. Enfin, pour le plus grand bonheur des usagers, l’accès à Internet se fera à moindre coup. Ce qui va augmenter, incontestablement, le nombre des abonnés dans ces pays.

Le ministre ivoirien des Nouvelles technologies de l’Information, et de la communication (NTIC), Hamed Bakayoko, et son homologue malienne, Mme Diarra Mariam Flantié Diallo ont coprésidé cette cérémonie. A l’occasion, le ministre ivoirien a soutenu que cet outil précieux «est un puissant moyen de lutter contre la pauvreté». Le poste d’interconnexion constitue, d’une part «un défi pour le continent qui doit s’approprier l’information» et d’autre part «un défi pour les enfants de Zégoua qui pourront assister aux mêmes cours que les enfants américains». Les responsables des deux compagnies de télécommunication, maître d’ouvrage, étaient présents ainsi que les autorités administratives et coutumières de la localité.

Fraternité Matin