Assainissement du marché de la téléphonie mobile en Algérie en marge de l’ouverture du capital d’Algérie Telecom

Actualités Télécom

L'Autorité de régulation de la poste et des télécommunications (ARPT) a lancé un ultimatum aux trois opérateurs de téléphonie mobile afin qu'ils identifient la totalité de leurs abonnés avant la fin du mois d'avril prochain. Après cette date, les puces non identifiées seront résiliées. Une sommation émise par Mohamed Belfodil, président du conseil de l'ARPT, invité du forum d'El Moudjahid. Selon les estimations de ce responsable, sur 28 000 000 de puces en activité, 15 à 20% ne seraient pas identifiées.

Un taux tout à fait inquiétant et qui aurait poussé l'Autorité de régulation à intervenir fermement.

«Si, jusqu'ici, nous n'avons pas usé de manière brutale, c'est en raison de priorités économiques», a expliqué Belfodil. Et de préciser : «Une procédure a été élaborée en collaboration avec l'ensemble des opérateurs afin de pallier le phénomène des puces non identifiées.» Dans cette perspective, l'Autorité de régulation a incité les opérateurs de téléphonie mobile à répertorier leurs clients en vue d'élaborer un annuaire des abonnés.

Ce qui, somme toute, est impératif devant le nombre d'abonnés au GSM et de l'utilité d'un tel document de renseignement public.

Le président du conseil s'est aussi prononcé sur la question du roaming national. Il fera savoir que ce service ne pourra être mis en place qu'à partir du moment où l'attributaire de la dernière licence de téléphonie mobile aura clôturé sa quatrième année d'activité et rempli ses objectifs en matière de couverture. Quant à la portabilité des téléphones fixes et mobiles, «la mise en place de ce service nécessitera une étude préalable afin de définir le dispositif à enclencher dans le cadre des procédures effectuées, par les abonnés, pour le changement de l'opérateur», a informé Belfodil. On apprendra enfin de ce dernier que le chiffre d'affaires réalisé en 2006 par le secteur des télécommunications est de 8 460,5 milliards de dinars, ce qui correspond à un PIB de 4%. Des chiffres qui illustrent la taille du marché des télécoms en Algérie.

Selon Belfodil, les opérateurs sont soumis à un certain nombre d'obligations dont celle de couvrir les agglomérations d'une population supérieure à 2 000 habitants. Pour celles dont le nombre se situe entre 800 et 2 000, elles seront prises en charge par le dispositif de service universel tel que prévu par la déclaration de politique sectorielle initiée par le gouvernement en 2000. «Le dispositif en question est d'une importance capitale, dans le sens où il permettra aux habitants des zones rurales d'accéder aux services des télécommunications», a souligné le premier responsable de l'ARPT. Ce dernier a fait savoir que, dans le cadre de la mise en place de ce service universel, l'ARPT a lancé un avis d'appel à candidature le 16 janvier 2008 en direction des opérateurs détenteurs de licence afin d'en sélectionner un ou deux.

Dans ce sens, l'ouverture des plis est programmée pour le mois de mars prochain. Les opérateurs soumissionnent pour deux lots distincts. Le premier comprend la téléphonie par la desserte en cabines téléphoniques et l'accès à Internet et le second la fourniture d'un annuaire et d'un service de renseignement universel.

Le devenir de l'opérateur égyptien en Algérie a été soulevé lors du forum. Belfodil a tenté d'apporter quelques éclaircissements au sujet de Lacom. Selon lui, le second opérateur de téléphonie fixe est en train d'examiner la manière dont il va reprendre ses activités en Algérie. Le propriétaire a fait savoir à l'ARPT qu'il avait l'intention de continuer son activité en se redéployant avec un nouveau business plan. Belfodil a rassuré les abonnés de cet opérateur, les informant qu'ils ont été pris en compte et ne seront nullement lésés.

En parallèle, le ministre de la Poste et des Technologies de l'information et de la communication, M. Boudjemaâ Haïchour a rappelé que « que ce soit pour le lancement de la téléphonie de troisième génération 3G pour les cellulaires ou l'ouverture du capital d'Algérie Télécom, tout doit être terminé avant la fin du premier semestre de l'année en cours ».

(Source : La Tribune)