Orange, un nouveau label qui a du mal à passer à Maurice

Actualités Télécom

«Mauritius Telecom» et «Cellplus» ne se prononcent pas. Mais la rumeur persiste. L'opérateur historique et sa filiale de téléphonie mobile s'appelleront Orange sous peu. Ils paieront des centaines de millions chaque année à France Telecom pour porter ce nom. Celui qui parle est un opérateur de téléphonie local.

Selon lui, ni Mauritius Telecom ni Cellplus n'a besoin du nom d'Orange pour étendre leurs activités ou réaliser de plus gros profits. «Il ne faut pas être expert en gestion pour savoir qu'un rebranding de Cellplus n'aura aucune incidence sur le service offert. Il n'y aura aucune migration d'Emtel vers Cellplus avec ce changement de nom. Orange n'offrira que son nom et ne donnera aucune expertise ou équipements pour améliorer le service. Et juste pour porter le nom d'Orange, on devra payer des centaines de millions à France Telecom. Et ce sont les consommateurs mauriciens qui paieront la note», ajoute l'opérateur qui a demandé à garder l'anonymat pour des raisons évidentes.

Aujourd'hui, c'est en brandissant le i-phone que certains veulent justifier les fortes sommes que Cellplus aura à payer pour porter le nom d'Orange.

«Ni Mauritius Telecom, ni Cellplus n'a besoin de France Telecom ou d'Orange pour adopter l'i-Phone. C'est une technologie comme une autre qui s'achète. En fait, c'est France Telecom qui doit payer Cellplus si ce dernier porte le nom d'Orange. En fait, France Telecom va ajouter les abonnés de Cellplus sur sa liste d'abonnées pour faire état de sa croissance et donner un petit plus à ses actions en Bourse» explique un autre opérateur mauricien de téléphonie mobile.

Ce sont les utilisateurs de téléphonie mobile et les actionnaires de «Mauritius Telecom» (MT) qui seront les grands perdants dans un éventuel «deal» pour changer le nom de «Cellplus» en celui d'«Orange». Ainsi, un groupe d'actionnaires de MT cherche en ce moment à entrer une pétition en Cour suprême pour contester ce changement de nom accompagné d'un paiement de «royalties».

Plusieurs de ces actionnaires cherchent à connaître les détails de ce «deal». Selon des renseignements venant de MT, il est question d'un paiement de 3 % sur le chiffre d'affaires de MT. «C'est une aberration d'accepter un tel «deal». Disons que j'ai une entreprise qui a un chiffre d'affaires de Rs 100. Mon profit est de Rs 3. En prélevant 3 % de mon chiffre d'affaires, vous prenez tout mon profit. Il faut comprendre que payer un pourcentage sur les profits est une chose, payez un pourcentage sur le chiffre d'affaires est inacceptable», explique un actionnaire de MT qui détient quelques actions. «Avec une seule action, on peut contester le «deal» Orange en cour», affirme un légiste.

(Source : L'Express)