Projet d'interconnexion du gouvernement au Congo-Kinshasa

Actualités informatiques

On disait de la République fédérale d'Allemagne très réservée dans ses actions de développement en faveur de la République démocratique du Congo. Détrompez-vous, le pays d'Angela Merkel est en train de changer de stratégie. Plus de visibilité. C'est désormais la ligne que s'est fixée l'Allemagne à travers son ambassade en RDC.

Selon M. Kavuke, c'est depuis 2003 que le groupe allemand 3S-MTI Gmbh étudie avec le secrétariat général du gouvernement la possibilité de mettre en place un réseau informatique interconnecté. Pour l'expert du 3S-MTI Gmbh, le projet d'informatisation des services gouvernementaux par la carte magnétique et le déploiement du réseau WAN du gouvernement, ISCM-DAT, a l'avantage d'accroître la productivité administrative de différents services et structures du gouvernement.

Pour sa réalisation, 44 millions de dollars américains sont prévus en 18 mois des travaux. Montant réparti en raison de 20 millions Usd, apport sous forme de don de la firme allemande, et 24 millions Usd, apport du gouvernement, à libérer par fractions échelonnées sur 24 mois. Autant d'avantages que le groupe allemand dit offrir au gouvernement pour plus d'efficacité de son administration publique. Ce projet, a dit M. Kavuke est en parfaite corrélation avec la réforme en cours de l'appareil de l'Etat.

De l'avis de l'expert, l'idée de se lancer sur la voie de l'informatisation des services gouvernementaux est partie d'un étude portant sur le degré d'informatisation des ministères et autres services connexes du gouvernement.

Les résultats de l'étude ont révélé l'énorme retard technologique de ces services. Le taux de couverture informatique du gouvernement est d'environ 1%, situation catastrophique pour un pays qui pense s'appuyer sur son administration pour une nouvelle dynamique dans le chantier du développement. Conclusion, l'Etat congolais est mal administré du fait de nombreux dysfonctionnements des services gouvernementaux.

Il y a donc nécessité, pense l'expert allemand, de réactiver les ministères du gouvernement en les mettant en interconnexion grâce à la technologique allemande qu'apporte le groupe ISCM-DAT. Pour la concrétisation de son projet, le groupe allemand s'appuie sur la grande réputation de Siemens Allemagne.

C'est tout l'intérêt, a indiqué l'expert, du projet ISCM-DAT, projet qui a l'avantage de placer en interconnexion tous les services gouvernementaux au départ de la primature. L'objectif à court terme est de diminuer le temps de traitement des dossiers et aussi de faire obstacle à la corruption. Si le projet ISCM-DAT n'est qu'une solution de la redynamisation de l'administration congolaise, M. Kavuke a fait comprendre que ce projet permettra de planter le décor pour une véritable modernisation des services gouvernementaux.

« Notre projet est intégrateur que d'autres projets sectoriels déployés séparément dans différents ministères », a-t-il souligné, rappelant, à ce propos qu'en cette phase de reconstruction, dominée notamment par l'impératif de réussir les cinq chantiers du chef de l'Etat, « la RDC a besoin d'un tel projet qui s'auto-finance ».

Il faut dire que c'est en réponse à un appel du gouvernement auprès de divers partenaires au développement que la firme allemande, soutenue dans son action, par le gouvernement fédéral allemand et l'ambassade d'Allemagne en RDC, s'est lancé sur la voie de l'informatisation des services gouvernementaux.

En attendant la signature du protocole d'accord qui devrait être signé incessamment, à en croire M. Kavuke, le groupe allemand a émis le voeu de voir le gouvernement lever toute barrière administrative pour l'issue heureuse de cette nouvelle forme de partenariat public-privé. « L'Allemagne veut accompagner la RDC dans la reconstruction », a-t-il conclu, réaffirmant, en même temps, toute la détermination de son groupe à tout mettre en oeuvre pour réussir ce grand volet de la réforme de l'administration publique congolaise.

La balle est donc dans le camp du gouvernement, qui s'est d'ailleurs montré « très réceptif » au projet d'informatisation des services gouvernementaux par la carte magnétique et le déploiement du réseau WAN du gouvernement.

(Source : Le Potentiel)