Création d'un réseau pour les instances francophones de régulation de la communication en afrique

Actualités Télécom

Une vingtaine de présidents d'instances de régulation de la communication de pays francophones d'Afrique et d'Europe, en conclave à Ouagadougou, ont signé l'acte de naissance de leur réseau, annonce, mardi, un communiqué de presse de l'institution.

Dénommée "Le Réseau francophone des régulateurs des médias ( REFRAM)", cette structure, selon les initiateurs, devrait permettre "de promouvoir la coopération en matière de régulation de la communication entre les instances membres, de renforcer les capacités des institutions garantes de la démocratie, de soutenir la liberté d'expression et le pluralisme des médias".

Le REFRAM devrait également soutenir la diversité culturelle, contribuer au développement d'une culture démocratique, consolider l'autorité du réseau en vue d'en faire une référence en matière de régulation de la communication et élever la qualité de la formation des professionnels francophones de la communication en améliorant le contenu des médias.

A l'ouverture des travaux, le ministre burkinabé de la Culture, du Tourisme et de la Communication, Filippe Sawadogo a souhaité que cette rencontre soit "une étape décisive" dans la résolution des instances francophones d'asseoir une culture authentique de la régulation de la communication.

Selon M. Sawadogo, elle doit aussi oeuvrer dans la consolidation des bases d'une démocratie véritable, fondée sur une presse plurielle, au service d'un développement harmonieux, garant de la paix sociale.

"Le Réseau francophone des régulateurs des médias (REFRAM) est la concrétisation d'un vieux rêve, l'aboutissement d'une idée lancée depuis 2001 et qui a donné lieu à de nombreuses concertations et recommandations", a fait remarquer le président du Conseil supérieur de la communication (CSC) du pays hôte, Luc Adolphe Tiao, porté par ses pairs à la tête de la nouvelle structure.

Le délégué à la Paix, à la Démocratie et aux Droits de l'homme de l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF), Hugo Sada a dit que la création du réseau est un événement qui fera date parce que les médias jouent un rôle primordial dans la construction de l'espace public et donc dans l'établissement de conditions propices à l'expression démocratique, au bon fonctionnement des institutions et des organes de la vie politique.

Il a souhaité que le REFRAM devienne un des partenaires privilégiés du dispositif francophone d'observation de l'Etat de droit et également un espace privilégié de dialogue, d'échanges et de solidarité.

Insistant sur la nécessité d'une régulation autonome, le représentant de l'OIF a souligné que les pouvoirs publics doivent jouer un rôle de médiation entre diffuseurs et récepteurs, un rôle de concertation entre professionnels, un rôle d'adaptation aux évolutions.

"Nous sommes disponibles pour construire avec ce nouveau Réseau un partenariat dense et utile", a-t-il annoncé.

Le président du Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA-France), Michel Boyon a précisé que le réseau peut apporter des réponses pertinentes à la question de la régulation des médias en défendant et illustrant un modèle qui protège la liberté des concitoyens.

Il a expliqué que c'est un modèle où les contenus comptent davantage que les considérations techniques et économiques, un modèle où l'audiovisuel devient un levier pour la diversité culturelle, pour la cohésion sociale, pour le pluralisme politique.

Citant les défis à relever, le président du CSA-France a insisté sur la révolution numérique et la diversité culturelle, affirmant que le nouveau réseau est une chance pour la création audiovisuelle francophone et le pluralisme des contenus.

"Le sens de notre réseau, c'est celui de la diversité, celui de la liberté, celui de la solidarité", a-t-il martelé, soutenant que c'est également une force de créativité et d'innovation, qui doit porter les valeurs de la démocratie.

Les instances des pays suivants étaient présentes à la réunion constitutive du REFRAM : Belgique, Bénin, Burkina Faso, Burundi, Cameroun, Centrafrique, Congo, Côte d'Ivoire, France, Gabon, Luxembourg, Mali, Maroc, Mauritanie, République démocratique du Congo, Sénégal, Suisse, Tchad et Togo.

La prochaine réunion statutaire du REFRAM se tiendra en 2009 au Maroc, dont le président de la Haute Autorité de la communication audiovisuelle, Ahmed Ghazali, a été désigné vice-président du Réseau.

(SOURCE : Xinhuanet)