Chinguittel, la grande déception en Mauritanie

Actualités Télécom

Moins de trois semaines après le lancement de son réseau GSM « nouveau look » selon les responsables du 3e opérateur de téléphonie mobile dans notre pays, Chinguittel n’arrive pas encore à livrer tous les secrets de performance dont elle a fait écho tambours battants depuis la signature du protocole d’accord entre les actionnaires mauritaniens et soudanais, notamment après les informations faisant état de plusieurs avantages que ses concurrents Mauritel Mobiles et Mattel ne pouvaient offrir aux usagers du GSM.

Aujourd’hui, les impressions sur cette société restent très mitigées et un premier sondage permet de réaliser que les clients de Chinguittel comptent plus de mécontents que de satisfaits.

Avec un investissement de plus de 200 millions de dollars ( environ 55 milliards d’ouguiyas) et des agences de luxe abandonnées, cet opérateur réalise petit à petit qu’il investit à perte dans un marché exigeant et face à deux autres concurrents prêts à tout jeter dans l’arène pour lui infliger un cuisant échec.

Autant dire que certains n’ont pas hésité de qualifier le lancement du réseau « expresso » de grande farce, en raison du sérieux encaissé par ce 3ème génération en si peu de temps.

En effet, toutes les privilèges annoncés sont restés jusqu’à cette date « des promesses autant en emporte le vent », estiment des abonnés Chinguittel. Allusion bien sûr faite à la faiblesse du réseau, à la cessation des avantages promotionnels, à l’irrespect des tarifs, au verrouillage et à la mauvaise qualité des téléphones et aux couvertures incomplètes.

Avec l’approche du mois béni du Ramadan, les habituelles offres promotionnelles de réduction que ses concurrents n’hésiteront pas d’accorder, Chinguitel risque aussi de ne pas être au rendez-vous car l’heure est au recouvrement du gros investissement, surtout que les premiers indicateurs sont décevants.

Cette situation serait le prélude de l’agonie progressive d’un opérateur qui à moins de nous réserver encore quelques heureuses surprises dans l’avenir sera frappée par une malchance que d’aucuns expliquent par l’arrivée de cet opérateur à une période de bonne gestion de la manne financière de l’Etat, tarie et lavée des flux consécutifs à la grande corruption, au blanchiment d’argent et au trafic de la drogue qui donnaient auparavant la trompeuse image d’un pays riche.

Toujours dans cet élan de mécontentement contre Chinguittel que d’aucuns croyaient une alternative salutaire aux 2 autres opérateurs, certains clients ne cachent pas leur regret d’avoir changé trop vite d’opérateur et se disent même « piégés par une société dont la présence n’est pas justifiée en raison de la faible demande sur le marché national ».

Un autre client se passant pour abonné dégoûté estime que Chinguittel est un opérateur de trop, se fondant sur le cas du Sénégal et du Maroc qui selon lui « ne comptent que deux opérateurs chacun ». Bien que voulant être moins critique de l'image de marque que Chinguittel veut véhiculer, il ajoute : « la pire des choses que peut commettre un nouveau opérateur pendant son démarrage c'est de ne pas respecter ses engagements publicitaires ».

Se greffant sur l’avis de ce client désabusé, d’autres ont fait part de leurs avis sur le nouvel réseau.

L’un d’eux a confirmé les affirmations et a même invité tout sceptique à « "bipper" avec un crédit Chinguittel de moins de 44 ouguiyas, pour se voir refuser l’appel, alors que la société avait publiquement fixé la minute à 40 ouguiyas lors de la cérémonie de lancement présidée par le président de la République ».

Une autre abonnée dit : « C'est vrai qu'on a vraiment été déçus, alors qu’on s'attendait à un truc grandiose avec un réseau infaillible, de bons téléphones solides et sophistiqués avec Internet et tout... ». Et de continuer : « on se retrouve avec des portables médiocres qui se déchargent avant qu'on ait eu le temps de dire ouf ! et des services qui laissent franchement à désirer ».

Toujours selon cette cliente de Chinguittel : « je ne vous parle pas des tarifs dont 23 ouguiyas pour le sms et les appels impossibles de l'étranger ». La même abonnée ne perd pas pour autant l’espoir et tient encore à donner une seconde chance à cet opérateur qui a promis l’arrivée de nouveaux portables ».

Un autre client se qualifiant d’arnaqué dit : « je fais partie de ceux qui ont essayé cet opérateur et je vous confirme que cela n'en valait pas la peine. Le service de renseignements est tout le temps "désolé et occupé". Il m'est impossible de seconde le solde de mon crédit. C'est une arnaque piteusement organisée ».

D’autres ont déploré l’irrespect par l’opérateur de ses promesses en supprimant la gratuité de son service pour 3 mois et étudient la possibilité de porter plainte pour atteinte a la moralité publique en raison disent-ils du " réseau catastrophique , du service médiocre , du téléphone minable , du personnel non accueillant … ».

Un autre appelle l’autorité de régulation à respecter ses responsabilités et à prendre les mesures qui s’imposent pour que Chinguittel ne continuent pas d’émietter les bourses de ses pauvres clients par des déperditions connexion et autres astuces de prélèvements sans contrepartie.

Un monsieur de "Noukta Sakhina" qui sait payé deux téléphones portable et fixe Chinguittel et qui est familier aux ruses de la téléphonie mobile, s’estime surpris du fait qu’il perd 110 UM en faisant un appel interne à Chinguittel qu'il soit portable ou fixe pour 1 mn 10s de son mobile ou fixe. Selon ce dernier : « c'est vraiment de l'arnaque pour un peuple pauvre ». Et de continuer : « heureusement que la période gratuite qu'ils ont donné n'était pas aussi longue que çà, et mes partenaires m'appellent toujours sur mes anciens numéros ».

Parmi les clients rares relativement satisfaits, ce jeune homme qui a pu être secouru suite à une panne à 55 km de Boghé grâce Chinguittel dans un lieu non couvert par les deux anciens opérateurs. Le comble du paradoxe pour un opérateur qui va à merveille dans la campagne et qui se brouille dans les grands centres urbains.

Enfin, soulignons que les quêteurs des offres promotionnelles de Chinguittel, quand ils se retrouvent avec de telles annonces, affichent des regards de dédain et mépris pour non correspondance à la vérité.

(Source : CRIDEM)