Fréquences TV au Sénégal - L'intersyndicale de la RTS veut un éclairage sur les conditions d'attribution

Actualités de la convergence

L'intersyndicale des travailleurs de la Radio télévision du Sénégal (RTS, public), qui a observé mardi un sit in d'une heure, a demandé à l'Etat de dire sur quelles bases les fréquences de télévisions ont été attribuées à des promoteurs privés.

"On assiste à une libéralisation de l'audiovisuel. Nous demandons à l'Etat sur quelles bases il a attribué les fréquences télé", a déclaré Lucky Patrick Mendy, secrétaire général de la section télé du Syndicat des professionnels de l'information et de la communication (Synpics).

Les membres de l'intersyndicale des travailleurs de la RTS ont observé mardi un sit-in d'une heure de temps au Triangle Sud (11h30-12h30).

Selon Lucky Patrick Mendy, face à la concurrence le service public de l'audiovisuel est "laissé en rade" par les autorités. "Au moment où on va vers la concurrence, on est laissé en rade. L'Etat n'a pas assez fait pour la Radio télévision du Sénégal", a-t-il indiqué.

Quatre chaînes de télévision sont gérées par des privés. La 2Stv, la première a émettre en 2004, a été suivie de la RDV, Canal info et Walf Tv.

Face au "désistement" des autorités, le responsable de l'intersyndicale de la section télé de la RTS indique que ces camarades sont prêts à " défendre le service public de l'audiovisuel".

Prenant l'exemple de la France et du Japon, Lucky Patrick Mendy a dit que dans ces pays le service public de l'audiovisuel est financé "à coup de milliards".

"C'est un financement conséquent qui peut faire fonctionner la RTS, pas les recettes de publicités" a-t-il estimé.

(Source : Agence de Presse Sénégalaise)