Congo-RDC: Très peu de Congolais utilisent l'Internet

Actualités Internet

Les universités belges organisent depuis lundi 1er octobre 2007, l'atelier de formation sur les nouvelles technologies de l'information et de la communication (NTIC) en République démocratique du Congo.

La cérémonie d'ouverture a été organisée en la salle de réunion du campus numérique francophone de Kinshasa, par le recteur des facultés catholiques de Kinshasa, l'abbé Hyppolite Ngimbi Nseka.

Cet atelier qui va durer dix-huit semaines a pour objectif de former des techniciens en NTIC. Au total sept universités participent à ces assisses dont quatre de Kinshasa. Mais également deux étudiants de Bujumbura. Intervenant à l'ouverture de l'atelier, Marcel Rémond, professeur de l'université de Notre Dame de la Paix d'Armure, a parlé des enjeux des NTIC en RDC ainsi que des perspectives et défis pour les universités d'Afrique centrale.

Dans son exposé, il a fait l'état des lieux sur l'utilisation de l'Internet. Il a dit que cet outil informatique est plus concentré en Amérique du Nord et l'Afrique est isolée car, elle communique peut. En RDC, moins de 1/3 % de la population utilise l'Internet. Pour que les pays africains aient l'accessibilité à l'Internet du moins au niveau de l' Afrique centrale, Marcel Rémond a déclaré que le gouvernement de ces pays doivent avoir une vision d'ensemble et faire de l'Internet une priorité. «Tout cela dépendra aussi de la pression des entreprises et des universités», a relevé l'orateur.

« Il ne faut pas rêver, cela prendra du temps et demande beaucoup d'investissement matériel, mais aussi culturel. Les universités ont toujours et partout été les moteurs d'initiative et de nouveau développement dans le domaine des NTIC. La force du Net est sa capacité à universaliser des informations, des productions cultuelles. Chacun y a sa place, il faut le prendre et monter la valeur ajoutée de ce que l'on propose », a conclu Marcel Rémond.

Le campus numérique francophone vise à développer l'usage des nouvelles technologies dans les universités du Sud et d'en faciliter l'accès aux étudiants, aux enseignants, ainsi qu'aux chercheurs de ces régions. Le campus fournit à ces derniers les outils nécessaires qui leur permettront d'intégrer l'Internet dans leurs habitudes de travail.

En ouvrant des points d'accès dans les régions du Sud, l'Agence universitaire veut privilégier le développement des établissements de ces régions en leur permettant de s'approprier les nouvelles technologies de l'information et de la communication. Ce réseau d'implantation participe également au renforcement de la coopération multilatérale entre les universités. Le campus numérique francophone de Kinshasa, (CNFK) a été inauguré par Mme Gendreau-Massaloux, recteur de l'AUF, le 6 octobre 2003. Il est implanté au sein du Cedesurk.

Le Potentiel.