L’utilisation des logiciels libres dépasse 40% au Maroc

Actualités informatiques

L'utilisation des logiciels libres dans l'administration publique dépasse 40 %, surtout dans les systèmes d'exploitation d'informatique, de programmation et de bureautique, a indiqué, lundi à Rabat, le secrétaire général du département de la poste, des télécommunications et des technologies de l'information (DEPTTI), M. Taieb Debbagh.

Intervenant lors de l'inauguration d'un atelier sur les défis de l'utilisation des Logiciel libres dans les pays du Maghreb, M. Debbagh a affirmé que le ministère de l'Industrie, du Commerce et des Nouvelles Technologies se penche sur l'élaboration d'une étude sur les défis des logiciels libres au Maroc dont l'objectif est d'établir une stratégie nationale pour l'utilisation et le développement de ces logiciels dans l'ensemble des secteurs économiques et sociaux et dans le secteur public, en particulier.

Les intervenants à cette rencontre, organisée en marge des 3ème rencontres africaines des utilisateurs de logiciels libres (RALL 2007), ont assuré que le secteur public au Maghreb prend en considération l'option de logiciel libre à plusieurs degrés, rappelant que le modèle de développement des logiciels libres et open source peut représenter une piste prometteuse pour limiter les effets de la définition de standards restrictifs et de leur appropriation dans les sociétés du savoir.

L'essors des logiciels libres et open source introduit non seulement un modèle de développement, mais aussi un modèle économique neuf, puisqu'ils n'impliquent pas d'investissements coûteux en recherche et en développement, ont-t-ils précisé.

Dans le cadre de ses actions promotionnelles du logiciel libre, le bureau de l'UNESCO à Rabat a élaboré en coopération avec ICTDAR un projet qui s'appelle "Miftaah" dont l'objectif est l'arabisation de logiciels libres et leur diffusion dans les pays arabes.

Les participants à cet atelier sous-régional ont avancé comme objectif de dresser un état des lieux du logiciel libre au Maghreb en mettant en exergue l'utilisation du logiciel libre dans les 5 pays de la région avec une analyse critique des bonnes pratiques, des obstacles et difficultés d'utiliser l'option de logiciel libre et de formuler quelques recommandations d'action.

Les participants procédant à des échanges d'expériences sur l'application des logiciels libres dans les différents domaines dans la région arabe, en particulier l'expérience libanaise et palestinienne.

Cette rencontre, qui se poursuit jusqu'à mercredi prochain, sera sanctionnée par l'adoption de recommandations spécifiques sur le logiciel libre et le service public dans la région arabe.

(Source : MAP)