TELEPHONE, ON PASSE A HUIT CHIFFRES EN JUIN AU CAMEROUN

Actualités Télécom

L'annonce du passage de la numérotation téléphonique au Cameroun de sept à huit chiffres a été faite vendredi dernier au cours d'un point de presse donné à Yaoundé par Maïgari Bello Bouba, ministre d'Etat, ministre des Postes et Télécommunications. 80 millions de lignes seront ainsi disponibles. Un parc assez important pour couvrir les besoins nationaux jusqu'en 2037, selon les estimations des experts. La mesure concerne à la fois le téléphone fixe et le téléphone mobile. Le troisième opérateur de téléphonie mobile (Camtel mobile) pourra ainsi entrer en scène sans trop de soucis par rapport aux lignes disponibles.

Le passage à huit chiffres causera forcément quelque changement dans l'ossature actuelle des numéros. Les abonnés conserveront leurs numéros. Seulement ils seront précédés de 7 pour les abonnés MTN, 9 pour les abonnés Orange. Sur le réseau Camtel, il faudra faire précéder le numéro actuel par un 2 pour tous les numéros commençant par 2, 3 pour tous les numéros commençant par 3. Le chiffre 8 précèdera tous les numéros des services à valeur ajoutée. Les numéros spéciaux, ceux de la police et des pompiers par exemple, le code d'accès du Cameroun à l'international (00) et l'indicatif du pays (237) restent inchangés. La nouvelle numérotation entre en vigueur le 1er juin 2007 à minuit. Quelques perturbations du réseau lors de la transition sont envisagées, mais à termes, le débit de la communication sera plus fluide si l'on en croit les experts.

Au cours du point de presse de vendredi dernier, l'assurance a été donnée qu'aucun frais supplémentaire lié au coût d'investissement du passage à huit chiffres ne sera imputé aux consommateurs. On prévoit même à long terme, une révision du coût de la communication à la baisse à cause de la possibilité que les opérateurs auront de jouer sur leurs marges par rapport au nombre d'abonnés qui augmentera forcément.

Le passage de six à sept chiffres a eu lieu le 26 octobre 2001. Huit millions de lignes étaient alors disponibles. On prévoyait la saturation en 2008. Cette échéance n'a pu être atteinte même si les huit millions de numéros théoriquement libérés n'ont pas tous été attribués aux consommateurs. Toutes ces lignes n'ont pas été cédées pour des raisons diverses. Mais la saturation a été constatée. Une saturation qui se justifie par le fait que certaines lignes attribuées ne peuvent plus être retirées.

Le passage à huit chiffres, a révélé le ministre d'Etat, a fait l'objet d'une large concertation conduite par l'Agence de régulation des télécommunications et rentre dans le cadre du développement des Télécommunications. Le ministre d'Etat Bello Bouba Maïgari, a aussi rappelé que ce plan de numérotation respecte les pratiques internationales édictées par l'Union internationale des télécommunications (UIT).

(SOURCE : Cameroon Tribune)