MULTIMEDIA ET HAUT DEBIT VIA LE RESEAU ELECTRIQUE

Actualités Internet

Depuis l'apparition des réseaux locaux, la technologie Ethernet dans un environnement câblé et la technologie WiFi dans un environnement sans fil dominent indéniablement le marché des réseaux locaux.

Depuis quelque temps, le CPL (courant porteur en ligne) gagne du terrain et se répand de plus en plus, surtout que certains équipementiers et fournisseurs d'accès proposent des solutions CPL intéressantes et attirantes, orientées vers le grand public, et les petites et moyennes entreprises.

La technologie CPL consiste à superposer au signal du réseau électrique un signal à plus haute fréquence de faible puissance. Ce signal se répand sur le réseau électrique et peut être capté et décodé par un modem spécifique dédié. Cette technologie constitue une approche économique puisqu'elle repose sur l'utilisation du réseau électrique existant pour la distribution de signaux numériques, voix, données, images, sans devoir faire passer un nouveau réseau de fils dans les murs (voir article sur la technologie CPL paru dans le journal La Presse du 26 mars 2006) .

Bien que cette technologie CPL existe depuis 1950, elle n'a été utilisée sur une longue période qu'à bas débit pour des applications spécifiques de télécommande de relais, d'éclairage public ou domotique. Les premiers essais du haut débit n'ont commencé qu'à la fin des années 1990.

D'ailleurs, la première génération d'adaptateurs, autorisant des taux de transfert de l'ordre de 14 Mbit/s a vu le jour en 2001. Le débit de 85 Mbit/s a été assuré par des équipements commercialisés en 2005. La solution réseau CPL à 200 Mbit/sec a été annoncée et commercialisée courant 2006.

La forte dynamique, qui a été générée par cette importante évolution, a emmené plusieurs parties prenantes à intervenir sur plusieurs niveaux pour soutenir et promouvoir la technologie CPL.

C'est ainsi que la Commission européenne a décidé, en février 2007, d'allouer un financement de 9,06 millions d'euros à la deuxième phase du projet OPERA (Open Powerline communications European Research Alliance). Cette action vise à soutenir la recherche et le développement d'une nouvelle norme pour la technologie CPL (Courant Porteur en Ligne) permettant des services de haut débit par la ligne électrique et dont les applications visent à concurrencer ou compléter d'autres technologies comme la fibre optique ou l'ADSL.

La première phase de ce projet avait déjà reçu un financement de 20 millions d'euros de la part de la Commission européenne. Elle a duré de 2004 à 2006 et a permis aux différents partenaires de créer une spécification ouverte pour ce qu'on appelle les applications Broadband over Powerline (BPL) ou haut débit sur réseau électrique. Cette spécification a été intégrée aux travaux de standardisation des lignes électriques effectués par l'Institut des ingénieurs en électricité et en électronique (IEEE), et l'Institut européen des normes de télécommunications (ETSI). Elle a été validée aussi par l'Universal Powerline Association, une organisation dédiée aux courants porteurs en ligne. Elle s'appuie sur une technologie à 200 Mbit/s, développée par la société espagnole de semi-conducteurs «DS2».

Cette deuxième phase du projet, qui durera jusqu'en 2008, est dirigée également par l'entreprise espagnole de services publics «Iberdrola». Elle doit permettre de tester et de soutenir le déploiement à grande échelle des applications haut débit sur réseau électrique telles que le haut débit sur Internet, la téléphonie sur Internet (VoIP) ou la télévision sur Internet (TvIP).

De son côté, la société Ilevo, filiale de Schneider Electric depuis 2003 et spécialiste des Courants Porteurs en Ligne, vient d'intégrer la dernière norme IEEE concernant les courants porteurs en ligne, et vient de lancer une offre par laquelle elle propose son expertise dans la technologie CPL haut débit de 200 Mbit/s au grand public. Cette nouvelle proposition permet de créer rapidement des infrastructures de communication haut débit sur un réseau électrique existant pour des applications domestiques ou, aussi, pour des applications PME.

Sans câblage, ni travaux d'installation, ni configuration spéciale, il suffit de raccorder deux adaptateurs CPL, à un coût d'environ 140 euros, sur le réseau électrique existant pour créer un circuit qui assurera la transmission de données multimédias à haut débit. Plus généralement, il devient très simple de créer son propre réseau local IP sur le réseau électrique et de diffuser les services Internet d'un fournisseur d'accès dans toute la maison ou l'entreprise, vers tous les équipements multimédias.

Par ailleurs, la société Free commercialise des boîtiers permettant de relier des équipements électroniques à travers les prises de courant électrique et propose à ses abonnés de créer leur réseau informatique local en exploitant l'infrastructure électrique de leur domicile.

Quant au fabricant français LEA, il annonce la disponibilité de ses derniers adaptateurs CPL (Courant Porteur en Ligne) qui affichent une bande passante théorique maximale de 200 Mbits/s. Ces adaptateurs sont disponibles, au prix public de 195 euros la paire.

Le fournisseur d'accès à Internet, Neuf Cegetel, propose une solution CPL (Courant Porteur en Ligne) permettant à ses abonnés un haut débit maximal théorique de 200 Mbit/s sur le réseau électrique déjà existant.

Enfin, les habitants de 86 communes de la couronne parisienne, qui rassemble 5 départements, disposeront très prochainement d'un accès Internet haut débit par le biais du CPL en exploitant le réseau électrique existant.

A partir de janvier 2007, plus de 800 foyers HLM de la communauté urbaine de Dunkerque ont pu bénéficier du Net haut débit par le biais de la technologie CPL pour seulement quelques euros par mois. Cette offre sera étendue par la suite à 60.000 foyers.

Il apparaît, dès lors, intéressant pour la Tunisie, pays émergent dans les nouvelles technologies de l'information et de la communication, d'exploiter par l'intermédiaire de la STEG l'infrastructure du réseau électrique bien développée aussi bien dans les zones urbaines que dans les zones rurales à travers le projet présidentiel 26-26, pour faire bénéficier du haut débit toute la population tunisienne.

Ainsi pourra-t-on voir, à l'aide de la technologie CPL, la cité Jardins d' El Menzah à Tunis par exemple, qui est encore privée des services du Net, ou des zones éloignées à l'intérieur du pays qui utilisent des techniques anciennes de transmission de données à faible débit, accéder prochainement à l'Internet et à haut débit.

(SOURCE : La Presse)