PROGRAMME DU GOUVERNEMENT, LES NTIC OUBLIEES AU CONGO-KINSHASA

Actualités informatiques

Quand certains pays d'Afrique ont pensé à la connexion par fibre optique traversant l'océan Atlantique, la République démocratique du Congo n'en a pas vu l'utilité. Aujourd'hui, un projet de connexion par l'océan Indien serait en gestation. Une fois encore, la RDC est loin s'être inscrite sur la liste des pays membres. Car, lors de l'adoption du programme du tout premier gouvernement de la troisième République, aucun point faisant allusion à ce projet n'a été évoqué. Est-ce vraiment l'oubli ou l'analphabétisme numérique ?

Mais, l'on se rappellera qu'en février dernier, lors de la présentation du programme du gouvernement à l'Assemblée nationale, un seul et un seul député avait soulevé la question des télécommunications ignorée dans ce programme. Et le président de l'Assemblée nationale, comme l'a souligné Ir. Arnold Mulenda, coordonnateur national Acsis et formateur au Cpvi, n'a pas mentionné ce point lors de sa synthèse en 29 points.

L'utilisation de la fibre optique va réduire sensiblement les coûts des télécommunications et permettre un meilleur accès aux ressources Internet et même accélérer la délocalisation vers la République démocratique du Congo de plusieurs emplois liés aux centres d'appels et à l'industrie informatique, contribuant ainsi à la résorption du chômage.

L'honorable Jean-Charles Okoto Lolakombe, informé de l'incidence négative d'une mauvaise politique en matière de nouvelles technologies de l'information et de la communication, brise le silence et soulève un point important, chiffres à l'appui démontrant qu'en dehors des ressources minières que regorge la République démocratique du Congo, le secteur des postes et télécommunications, une fois bien exploité peut très facilement contribuer au redressement de l'économie du pays.

En terme illustratif, le Sénégal est parmi les rares pays africains à aligner un ministre chargé de nouvelles technologies de l'information et de communication. En dehors des problèmes liés à l'énergie électrique, il est parmi les pays africains dans lesquels la connexion à l'Internet et le coût de communication est assez bas et l'Etat sénégalais se retrouve en termes de revenus.

La RDC, à l'époque était le premier pays africain à utiliser la téléphonie cellulaire avec la société Telecel pendant qu'en Belgique à cette époque, cette technologie était encore dans sa phase expérimentale. Considérant sa longueur d'avance sur d'autres pays où serait actuellement la RDC en matière de télécommunications ? Il est établi qu'elle regorge de plus en plus des sociétés des télécommunications et des fournisseurs d'accès Internet.

Est-ce dire qu'il se développe sur ce plan ? En tire -t-il profit ? A-t-elle la télé densité la plus élevée et un plus grand nombre d'internautes en Afrique ? Pour ce, alors pourquoi l'oubli de la politique des nouvelles technologies de l'information et de communication dans le tout premier programme du tout premier gouvernement de la troisième République ? Est ce vraiment l'oubli ou l'analphabétisme numérique ?

(SOURCE : Le Potentiel)