MES ANNEES MICROSOFT, UN AFRICAIN CHEZ BILL GATES

Actualités informatiques

Jacques Bonjawo vient de publier une autobiographie consacrée à son passage chez Microsoft, le géant de l'informatique.

La modestie et la discrétion étouffent Jacques Bonjawo. A tel point qu'il n'hésite pas à affirmer que son parcours n'a rien de singulier. Et que n'importe quel jeune Camerounais ambitieux peut faire autant, sinon mieux. Des paroles qui poussent quand même au doute ; on parle d'un homme dont le cursus n'a rien de banal. Même s'il est né à Yaoundé, a fréquenté le lycée bilingue d'Essos, puis le collège Vogt, Bonjawo, devenu entre-temps ingénieur informatique de très haut niveau, a quand même fini par atterrir au siège de Microsoft. Le Microsoft de Bill Gates, l'homme le plus riche du monde.

Mais tel est pourtant le pari de " Mes années Microsoft " : montrer aux jeunes comment il est possible de changer le monde. Au-delà de son expérience personnelle, c'est l'exemple de l'entreprise que l'auteur veut mettre en exergue. Pour lui, Microsoft sous Bill Gates c'est presque le modèle accompli de la culture d'entreprise. Une entreprise qui ne soucie pas obstinément de faire des profits - même si elle en fait - mais de créer en son sein les conditions optimales d'épanouissement de ses salariés. Visiblement édifié par cette absence de bureaucratie pesante qui libère le génie créateur, Jacques Bonjawo a décidé de raconter le quotidien dans cet univers générateur de milliards de dollars et pourtant si vivable.

L'auteur avoue que le livre a été " suscité " par des jeunes et des proches qui lui écrivent régulièrement pour connaître son parcours. Répondant à la " demande ", l'ingénieur propose donc cette tranche de sa vie professionnelle chez le numéro un mondial des logiciels informatiques, de 2000 à 2006. Une demi-douzaine d'années pendant lesquelles le Camerounais occupe successivement les fonctions d'ingénieur, de manager, puis de Senior manager.

Le style de cette auto-biographie est accessible, parfois même trop terre à terre. L'auteur l'a voulu ainsi, dans son souci de vulgariser. N'empêche, quelques passages restent quand même hermétiques, notamment les descriptions purement techniques. Mais au bout du compte, cela peut paraître un détail. Le plus intéressant étant la découverte de la personnalité de Bill Gates, le patron atypique. De son influence remarquable sur la motivation de ses salariés. Le destin même de l'auteur au sein de l'entreprise en est tributaire. Jacques Bonjawo décide de partir au moment où Bill Gates commence à lâcher du lest sur le plan managérial, confiant par exemple le poste de PDG à un Steve Ballmer loin de faire l'unanimité. Extrait : " Toujours est-il qu'un nombre croissant de salariés, et j'en faisais partie, ont commencé à avoir le sentiment que l'identité de la compagnie se brouillait ". Avec un regard un peu sévère, l'auteur donne sa vision de ce qui pourrait entraîner la chute de l'empire Microsoft, attaqué de toutes parts par une concurrence féroce. La page tournée, Bonjawo a rejoint Genesis une start-up basée à Seattle, mais son coeur est resté en Afrique, depuis toutes ces années.

(SOURCE : Cameroon Tribune)