LA BANQUE DE DEVELOPPEMENT DES ETATS D'AFRIQUE CENTRALE ACCORDE UN FINANCEMENT DE 2,5 MILLIARDS DE FCFA A TELECEL CENTRAFRIQUE

Actualités économiques

Le Président de la Banque de développement des Etats d'Afrique centrale (BDEAC), Anicet Georges Dologuelet, a signé le 28 mars à Brazzaville, une convention de financement de 2,5 milliards de Fcfa avec le directeur général de Telecel Centrafrique, Serge Pshimhis.

L'accord de prêt vise à financer le programme du renforcement des capacités et l'extension de la couverture du réseau GSM de Telecel Centrafrique sur toute l'étendue du territoire. « Le montant accordé à Telecel Centrafrique s'inscrit dans le cadre de la politique opérationnelle dite Business plan 2005 - 2007 mise en œuvre ces dernières années par la BDEAC », a précisé le président de la BDEAC au terme de cette signature, sans en préciser les conditions de remboursement.

Les investissements prévus pour ce financement permettront entre autre, d'accroître la capacité de trafic du cœur de réseau de Telecel à 200 000 abonnés ; d'étendre sa zone de couverture en province, par adjonction d'équipements tels que les BTS et les récepteurs GSM ; d'accroître la capacité de trafic des plates-formes de services.

« Pour la seule année 2006, sur un montant de 23,03 milliards de Fcfa de nouveaux engagements pris par la Banque, 65 % des financements ont bénéficié aux investisseurs du secteur privé. Dans le même temps, 63 % de financement ont été consacrés aux infrastructures », a précisé Anicet Georges Dologuelet.

Le prêt accordé à Telecel Centrafrique constitue, outre le protocole d'accord portant sur l'apurement des créances de la République centrafricaine (RCA) en juin 2005, la première intervention de la BDEAC en faveur de ce pays en l'espace de quinze ans.

Telecel est une entreprise citoyenne dont l'existence remonte à plus d'une dizaine d'années. Leader de la téléphonie mobile en RCA, la société a développé un programme qui intègre à la fois ses intérêts personnels et ceux de la communauté. « Le gros des investissements qui sera fait grâce au concours de ce financement devra permettre de résorber nos plus grosses faiblesses, à savoir l'installation des lignes de provinces », a souligné Serge Pshimhis, voulant rassurer ses interlocuteurs sur la bonne utilisation de ces fonds.

La BDEAC est l'institution de financement du développement des pays de la Communauté économique et monétaire d'Afrique centrale (CEMAC), dont le siège est basé au Congo-Brazzaville. Elle a pour mission de participer au financement des projets d'intégration, des investissements nationaux ou multinationaux relevant de secteurs d'activités variés, tels que les infrastructures (énergie, télécommunications, ports, aéroports, routes), les industries et agro-industries, les mines, l'agriculture, l'élevage, la pêche, la forêt et le développement rural. La Banque participe également au financement des programmes industriels dans l'hôtellerie et dans les technologies de l'information et de la communication.

(SOURCE : Les dépêches de Brazzaville)