CENTRES MULTIMEDIAS COMMUNAUTAIRES - 400 VOLONTAIRES ONT ETE FORMES AU SENEGAL

Actualités informatiques

Le passage à une grande échelle du projet des centres multimédias communautaires a atteint sa vitesse de croisière.

Farmata Sow, coordinatrice du projet au Sénégal des centres multimédias communautaires, estime, qu'à l'issue de deux années de fonctionnement, on est en mesure de dire que le pari qui avait été lancé à Genève a été relevé dans notre pays. On a pu mettre en place vingt (20) centres multimédias communautaires et chaque centre dispose d'une radio communautaire et d'un espace cyber communautaire mis à la disposition de la population rurale.

Tout cela pour lutter contre la fracture numérique et en même temps aussi permettre à ces mêmes populations d'être mieux armées face aux problèmes de développement auxquels elles sont souvent confrontées".

Les quelques structures multimédias communautaires que nous avons visitées à Ndoffane, Koungheul (région de Kaolack), Guinguinéo (région de Kaolack) et Bokhol dans la région de Saint-Louis , jouent pleinement leur rôle. Le constat sur le terrain demeure une grande satisfaction et un enthousiasme très fort des populations locales qui disposent maintenant d'outils de communication, de moyens qui leur permettent véritablement de prendre la parole et de pouvoir mieux gérer les problèmes de santé, d'environnement, les problèmes liés à l'agriculture, eu égard à la particularité de zone rurale à vocation agricole.

Plus de 400 volontaires dans les secteurs de la radiodiffusion communautaire, de l'informatique, de la gestion ont été formés dans le cadre de ce projet. Il a intégré dernièrement la formation sur le multimédias, la gestion des bases de données et la radio en production radiophonique. Les responsables du volet « cyber » ont également bénéficié de formation trés valorisante pour bien gérer leur structure. Ce projet a démarré en novembre 2004, après la conférence des Nations Unies sur le Sommet mondial pour la société de l'information. Ainsi, à la suite de l'engagement qui était pris par les présidents du Sénégal, du Mali et du Mozambique , l'Unesco et la coopération suisse ont accepté de développer ce projet de vulgarisation des moyens de communication moderne.

(SOURCE : Le Soleil)