LE SECTEUR DES TELECOMMUNICATIONS PEUT-IL DEVENIR PLUS COMPETITIF A L'ILE MAURICE ?

Actualités économiques

L'Act, association regroupant les opérateurs des télécommunications, voudrait rendre le secteur plus compétitif. Ses membres souhaiteraient une réduction des tarifs par l'autorité régulatrice, l'Information Communication and Technologies Authority et Mauritius Telecom.

«Une baisse drastique pourrait être accordée pour le développement de ce secteur en expansion où règne la compétitivité», dit le président de l'association, François de Grivel. Le ministre de l'Information et des Télécommunications, Etienne Sinatambou, a, quant à lui, souligné les baisses déjà accordées dans le secteur depuis janvier 2006.

Pour faire face à la compétition un programme de formation a été mis en place par le Human Resource Development Council, dont l'objectif est de préparer 500 jeunes toutes les six semaines à entrer sur le marché du travail. La création d'une école similaire à celle existant pour l'hôtellerie est aussi un moyen d'assurer de la main-d'oeuvre pour un secteur appelé à employer 700 à 1 000 personnes tous les ans.

«De grands noms internationaux sont déjà implantés à Maurice mais il y a encore beaucoup d'opportunités à saisir. Nous avons encore de la marge pour faire des progrès et une collaboration entre le public et le privé est souhaitable», note le ministre Sinatambou. Il souhaite avoir des réunions mensuelles avec Act - ou MOTA (Mauritius Outsourcing and Telecommunication Association) - le nom que devrait bientôt prendre l'association, ainsi qu'une réunion bimensuelle de «l'ICT private public joint working group».

(SOURCE : L'Express)