les fibres optiques sabotées A MADAGASCAR

Actualités Télécom

Les actes de vandalisme ne devront plus rester impunis sinon il ne sert à rien d'investir dans des infrastructures très chères

La finalisation des travaux de mise en place du réseau backbone national en fibre optique ne devrait plus être qu'une question de temps, les 4 boucles (rings) du réseau métropolitain de Tana étant ouvertes depuis le mois de décembre 2006 et l'axe Tana-Antsirabe a été inauguré il y a quelques semaines.

Mais l'on apprend de source digne de foi que le nouveau tronçon reliant Antananarivo, Moramanga et Toamasina, mis en service d'ici peu par Telma, a été saboté à plusieurs reprises par des personnes malintentionnées. D'après nos informations, ces câbles ont été sectionnés sur plusieurs mètres et le promoteur est obligé à chaque fois de remplacer la partie enlevée par les saboteurs.

Selon notre source, ces actes de vandalisme restent heureusement sans conséquence majeure puisque Telma maintient actif le réseau en faisceau hertzien à très haute capacité pour servir de remplacement, et ce, de manière transparente pour les usagers. Faut-il rappeler que la mise en place de ce réseau backbone en fibre optique permet une sécurisation complète du trafic voix/données et facilite l'émergence de nouvelles offres à très haute vitesse comme le Sdsl. Depuis quelques mois en effet, une révolution technologique frappait à la porte du pays et bien sûr, les entreprises et l'ensemble de la population en seront les bénéficiaires. Alors l'on pourrait croire que personne n'a intérêt à saboter ces infrastructures. Ainsi, la question qui se pose est la suivante : «A qui profite le crime ?».

Il faut comprendre que l'ouverture de cette fibre optique, cette autoroute de l'information, sonnera le glas de l'usage du satellite pour relier cet axe stratégique de l'Est. Des techniciens dans les Tics expliquent qu'il ne sera plus nécessaire de payer des milliers de dollars par mois pour quelques mégas à des opérateurs étrangers ; désormais, les utilisateurs de ce backbone paieront pour financer un nouveau «patrimoine national». Alors l'autre question est : « Pourquoi ces sabotages ?».

Les yeux sont tout de suite tournés vers ces voleurs de câbles qui s'intéressent plus particulièrement au cuivre. Or, les populations des localités où passe le backbone, ont été sensibilisées sur le fait que la fibre optique n'est pas du câble cuivré, l'hypothèse est facilement écartée. Il importe de savoir que ce nouveau réseau va permettre le développement accéléré de l'emploi pour la population des localités de Moramanga et Toamasina grâce notamment au lancement dans les prochains mois de l'un des plus grands projets miniers du pays dans cette partie de l'île. Alors, face à toutes ses perspectives et dans l'intérêt de toute la population, ne serait-il pas plus sage de raisonner sur le long terme et penser plutôt à la protection de ces infrastructures qui ont coûté des fortunes ?

(SOURCE : Midi Madagasikara)