Dell detient 10 % de parts de marché en Algérie

Actualités informatiques

M. Phillippe Cahez, responsable de la région Afrique francophone chez Dell, nous parle de la nouvelle stratégie de développement adoptée par le Groupe qu’il représente dans plus de 50 pays en Afrique. Il nous parle également du marché algérien et de l’installation d’un nouveau bureau de liaison qui vient appuyer les deux sociétés représentant la firme mondiale en Algérie.

Pouvez-vous nous parler de la présence de Dell en Algérie et en Afrique ?

Globalement, nous avons suivi trois étapes en ce qui concerne notre présence dans le continent africain. Dans un premier temps, la région Afrique était gérée par un nombre de personne très limité et qui faisaient leur travail à partir de Johannesburg et Londres ou Paris, ce qui est plus ou moins paradoxal. Il y a cinq ans, Dell a décidé d’investir davantage le marché africain et d’augmenter ses ventes sur ce marché. Nous avons donc mis en place un réseau de grossistes dans différents pays de la région, ce qui nous a permis de nous développer très rapidement sur le marché africain. Nous occupons d’ailleurs la deuxième position sur ce marché. La troisième étape a concerné la mise en place de stratégies spécifiques à chacun des pays africains dans lesquels nous sommes présents. Nous nous intéressons également à tout ce qui a trait à la qualité de service. Pour tout vous dire, nous axons nos efforts sur les quatre pays les plus importants en Afrique à nos yeux et qui sont l’Algérie, le Maroc, la Tunisie et le Nigeria. Ce sont des pays où nous avons ouvert ou sur le point d’ouvrir des bureaux. En ce qui concerne l’Algérie, nous sommes présents officiellement à travers la société Orsima depuis 1996, même si nos produits étaient déjà présents en Algérie avant 1996. Nous travaillons également avec la société CNA qui est, en fait, un grossiste dont la tâche est d’approvisionner , de gérer et d’animer un réseau de distributeurs en Algérie.

Au vu du nombre de marchés que vous gerez, pouvez-vous nous donner ou nous deresser un tableau des produits que vous commercialisez sur le marché algérien ? Et quel est le profil de vos clients locaux ?

Nous commercialisons essentiellement les ordinateurs de bureau et les ordinateurs portables, qui ont d’ailleurs fait la renommée du Groupe Dell. De plus, au même titre que les autres marchés, le marché des portables est en croissance, et je pense que nous allons mettre davantage l’accent sur les ordinateurs portables. Le marché algérien s’oriente beaucoup plus vers ce produits. Avec Orsima, notre partenaire, nous travaillons particulièrement avec des grands comptes. Il s’agit, en gros, d’institutions, d’entreprises publiques ou privées ou encore de sociétés internationales installées en Algérie. Actuellement, nous ne sommes pas suffisamment présents sur le marché des PME ou des particuliers. Nous prévoyons, à ce propos, d’introduire en Algérie de nouvelles gammes de produits qui devront précisément nous permettre d’investir davantage ces deux segments de marché.

Quelle est votre part de marché actuellement en Algérie ?

Notre part de marché en Algérie est de l’ordre de 10 % environ. Bien sûr que nous voulons plus, mais s’est une croissance de 35 % par rapport à l’année précédente. Nous comptons aller plus loin pour notre prochain exercice.

Au cours de votre discours, vous avez parlé d’installer un bureau de liaison Dell en Algérie. Quelles seront ces priorités ?

Tout d’abord, je vous confirme l’installation d’un bureau de liaison Dell dont M. Abbes Sebbane sera le Country Manager. Pour ce qui est de ses missions, la première sera de faire connaître davantage Dell auprès des grands comptes algériens, sans oublier qu’il s’agira aussi de gérer de façon plus efficace les distributeurs de Dell et d’essayer de les fidéliser davantage afin d’obtenir de meilleurs résultats sur le marché algérien. Nous nous installons, et nous voulons travailler durablement en Algérie.

(SOURCE : ITMag Algerie)