La Tunisie encourage l'orientation des femmes vers les filières et les métiers de technologie et d'ingéniorat

Actualités informatiques

La Fédération mondiale des organisations d'ingénieurs (Fmoi) a choisi la Tunisie pour organiser les 7,8 et 9 juin un colloque international sur le thème «Renforcement de la place des femmes dans l'ingéniorat et la technologie» qui accueillera quelque 400 femmes ingénieurs, technologues et scientifiques d'Amérique, d'Europe, d'Asie, d'Afrique et du monde arabe.

Président de la Fmoi, M. Kamel Ayadi a tenu, hier, une conférence de presse à l'Agence tunisienne de communication extérieure (Atce) au cours de laquelle il a présenté les principaux objectifs de cette manifestation de grande envergure qui servira de plate-forme pour l'instauration d'un dialogue sur les moyens de renforcer la présence de la femme dans l'ingéniorat, la science et la technologie. «Si le choix s'est fait sur la Tunisie pour abriter ce colloque, c'est en raison des relations cordiales qui existent entre la Tunisie et la fédération dont les efforts et les actions ont toujours été soutenus par le Président Zine El Abidine Ben Ali. Par ailleurs, notre pays représente un véritable modèle en matière d'intégration de la femme dans la vie active». Le thème choisi par la fédération, à savoir «La place des femmes dans l'ingéniorat et la technologie», a été dicté par un phénomène constaté dans la plupart des pays industrialisés et ceux en développement. Il s'agit de la désaffection que montrent les jeunes filles depuis quelques années pour les filières scientifiques et technologiques, malgré les efforts entrepris par l'Etat en matière d'éducation et d'enseignement.

En effet, selon les études qui ont été réalisées à l'échelle internationale, le taux des femmes ingénieurs et technologues a connu une régression et est estimé actuellement à uniquement 20%, tandis que le taux des étudiantes diplômées des filières scientifiques et technologiques oscille, quant à lui, entre 20 et 25%. S'exprimant à ce propos, M. Ayadi a précisé qu'en Tunisie, ces taux s'élèvent respectivement à 17,5% pour les femmes ingénieurs et technologues et 40% pour les diplômés des filières technologiques et scientifiques. Plusieurs thèmes seront abordés au cours de ce colloque, à savoir l'adéquation entre la formation en ingéniorat et les spécificités de la femme, les femmes ingénieurs et entrepreneurs et leur rôle dans la création des PME, le rôle de la femme dans la diffusion de la technologie dans les sociétés.

Les participants réfléchiront aux causes, aux solutions ainsi qu'aux programmes à mettre en place pour renforcer la présence de la femme dans le domaine de l'ingéniorat, des sciences et de la technologie. Par ailleurs, ces derniers adopteront «la Déclaration de Carthage sur la femme dans l'ingéniorat, la science et la technologie» et émettront une série de recommandations.

Il y a lieu de souligner que la Tunisie, membre de la Fmoi, assure depuis 2003 la présidence de la fédération jusqu'en 2009. Fondée en 1968, la Fmoi regroupe plus de 100 pays et 15 millions d'ingénieurs de par le monde.

(SOURCE : La Presse)