Camtel sera bientôt privatisé

Actualités économiques

Pour le président de la commission technique de privatisation et des liquidations Bassoro Aminou, le dossier Camtel devrait être bouclé d'ici quelques mois.

Après une première tentative, le processus de privatisation de Camtel, entre autres, a été relancé. Ou en est-on aujourd'hui ?

Conformément à la stratégie de réforme adoptée par le gouvernement pour le secteur des télécommunications et au plan d'action retenu par le comité Interministériel, un avis de pré qualification des opérateurs intéressés a été diffusé en 2006. Quinze (15) demandes de pré qualification ont été reçues et sur la base des critères de pré qualification, onze (11) candidats ont été retenus pour répondre à l'appel d'offres.

Dans une deuxième étape, le dossier d'appel d'offres contenant les documents de transaction et de concession a été adressé aux candidats pré qualifiés et une conférence des investisseurs a été organisée pour leur expliquer l'intérêt de l'opération avec la participation des experts du ministère des postes et télécommunications et de Camtel.

A cette occasion, l'accent a été mis sur les objectifs clés du gouvernement axés sur l'accroissement de la desserte et de la qualité du service ainsi que l'encouragement de l'investissement privé.

La prochaine et dernière étape est la réception des offres des candidats. Il est prévu que le processus se terminerait au début du deuxième semestre 2007 si tout se passe comme prévu.

Quel schéma (privatisation des actifs ou affermage, etc) avez-vous adopté pour conduire à bien ce processus ?

Le schéma retenu est la cession - acquisition d'actions dans le cadre d'une augmentation de capital. Au terme de la privatisation, la géographie du capital de Camtel verra l'opérateur stratégique détenir 51 % du capital et l'Etat 49%. Ultérieurement, il sera cédé au personnel 5% et aux privés camerounais 10% .

Qu'est-ce qui explique le temps très long que prend ce processus ?

Après la clôture du premier appel d'offres, le gouvernement a décidé de prendre des mesures pour le renforcement de Camtel, telles que : l'élaboration d'une concession provisoire, la mise en place d'un programme d'investissement ciblé et l'appui de consultants internationaux pour l'élaboration d'un plan d'entreprise. Il a fallu du temps pour la finalisation de toutes ces actions et pour qu'elles portent leurs fruits. Le nouveau processus de privatisation se déroule normalement, avec l'appui d'une Banque d'Affaires recrutée après appel d'offres et en s'appuyant sur les acquis de ces mesures de renforcement de Camtel.

La viabilité de l'entreprise ne peut-elle pas être altérée par ce processus ?

Non. Au contraire, le temps pris pour la mise en place de toutes ces actions devait conforter et dynamiser l'entreprise. Si ces actions sont appliquées correctement l'effet ne peut être que positif. Et ce d'autant plus qu'il y a un programme d'investissement articulé autour des points forts de l'entreprise et un business plan conçu comme une feuille de route dans laquelle chaque direction s'est vue confier des objectifs renvoyant à des critères de performance précis.

Ainsi, tout se joue au niveau de la mise en oeuvre et de la mobilisation des compétences internes de l'entreprise. "

(SOURCE : Cameroon Tribune)