L'Angola est en meilleure condition d'inclusion digitale, selon un gouvernant

Actualités informatiques

Le vice-ministre de la Science et Technologie, Pedro Teta, a déclaré samedi, à Luanda, que l'Angola se prépare pour devenir une société de l'information, en fonction du progrès de la téléphonie mobile et des projets du Gouvernement.

Intervenant dans une interview sur l'état actuel des technologie de l'information en Angola, Pedro Teta a fait savoir que ce sont les centres urbains qui sont surtout inclus dans ce programme, car le progrès de la téléphonie mobile a fait en sorte que les personnes prennent contact avec l'Internet, ce qui n'était pas possible auparavant.

Actuelement, a-t-il souligné, sur le plan international, on constate que la téléphonie mobile a contribué au projet d'inclusion digitale.

Il a, d'autre part, ajouté que le mouvement des technologies de l'information - ordinateurs et téléphones - est en train de contribuer à la réduction de l'info-exclusion.

Selon Pedro Teta, également coordinateur de la Commission Nationale des Technologies de l'Information (CNTI), dans presque tous les quartiers de la capitale angolaise, il existe un Cyber café.

Actuellement, a-t-il souligné, l'internet est accéssible dans les 18 provinces du pays, mais la grande difficulté réside au manque d'infrastructures de télécommunication et à la formation.

Raison pour laquelle, a indiqué le vice-ministre, le Gouvernement est en train d'installer des réseau de fibre pour que l'internet soit accéssible dans tout le territoire national.

Par ailleurs, il a ajouté qu'il y a du chemin a parcourir, tout en soulignant que l'Angola est beaucoup plus inclu digitalement.

L'objectif final est d'atteindre au moins un ordinateur dans chaque village angolais jusqu'en 2015, selon les orientations des Nations Unies.

Le vice-ministre de la Science et Technologie a encore fait savoir que le Gouvernement angolais est en train de travailler pour la massification des technologies de l'information au niveau du pays et pour l'informatisation de l'appareil d'Etat.

Chaque année, a-t-il précisé, la CNTI reçoit des ordinateurs à travers d'offres. Jusqu'en janvier 2007, le pays en a reçu environ 600 ordinateurs, qui sont en train d'être distribués dans les provinces.

Selon lui, dans le cadre du projet de massification des Technologies de l'Information (TICS), la CNTI prévoit la distribution de plus de 1000 ordinateurs dans les chef-lieux des provinces, communes et villages, jusqu'à la fin de l'année en cours.

Pedro Teta a fait savoir qu'outre les gouvernements provinciaux, la CNTI, en collaboration avec la Fondation Eduardo dos Santos (FESA), le Ministère de l'Education et le Gouvernement du Canada a déjà distribué des ordinateurs dans 20 écoles de la capitale angolaise.

Cette année, a-t-il ajouté, dans le cadre d'un projet dénommé "Madriva", la CNTI compte former 50 ingénieurs angolais, avec la coopération de la France et du Brésil.

Quant à l'administration publique, il a annoncé l'existence d'un plan stratégique de développement des technologies de l'information que le Gouvernement est en train de mettre en oeuvre, afin de normaliser les solutions informatiques dans ces institutions.

La CNTI, a-t-il encore dit, est en train de mettre en oeuvre un projet de formation des fonctionnaires administratifs en TICS.

Actuellement, l'Angola traverse une meilleure phase en terme de gouvernance électronique, même si des progrès doivent être faits en comparaison avec d'autres pays du premier monde, a souligné le vice-ministre.

Mais, a-t-il dit, l'Angola se trouve à un niveau moyen en terme de TICS par rapport à l'Afrique.

"Nous sommes en train d'avancer avec le plan et nous pensons qu'en 2015 nous pourront conclure sa mise en oeuvre",a précisé João Teta.

Le vice-ministre de la Science et Technologie a cependant souligné que la CNTI est en train de travailler sur un plan stratégique pour normaliser le type de réseau, de serveur, d'anti-virus pour que toute l'administration publique ait la même structure pour faciliter l'entretien et l'achat d'équipements.

Certains Ministères son plus avancés en termes de solutions, notamment les ministères des Finances, d'Emploi et Sécurité Sociale, de l'Intérieur, de la Justice, de l'Education et de la Santé.

La CNTI, a-t-il conclu, est en train de mettre en oeuvre un plan d'action de gouvernance électronique avec la dynamique du Gouvernement pour disponibiliser des fonds d'appui au processus d'inter-opérativité jusqu'en 2009.

(SOURCE : Angola Press Agency)