UN PROTOCOLE SUR LA FIBRE OPTIQUE SOUS-MARINE EN DISCUSSION A KIGALI

Actualités Internet

Les ministres en charge de s Technologies de l'information et de la Communication (TIC) de 23 pays de l’Afrique australe et de l’est, travaillent depuis deux jours à Kigali, la capitale rwandaise, sur un protocole destiné à concrétiser le projet de mise en place d’une fibre optique sous-marine dans l’océan Indien, a constaté mardi la PANA sur place.

Selon le secrétaire d’Etat rwandais chargé de l’Energie et des TIC, Albert Butare, cette infrastructure technologique qui aura une longueur de quelque 9.900 kilomètres devra partir du port de Durban (Afrique du Sud) jusqu’au port du Soudan.

"C’est un projet ambitieux mais très onéreux qui devrait coûter 280 millions de dollars US", a déclaré M. Butare à la PANA. Il a toutefois précisé que les pays membres de cette initiative ont reçu des promesses d’appui de la part des bailleurs de fonds et d’autres partenaires au développement, notamment la Banque mondiale.

Selon un ingénieur du projet, M. Butare, les pays africains pourront beaucoup profiter de ce projet, notamment en matière de télécommunication. "La fibre optique dispose d’une large bande passante capable de transporter un grand afflux de données multimédias sous plusieurs formats comme les images, les vidéos, les textes et les éléments sonores", a-t-il expliqué.

Sous la présidence du ministre chargé des TIC du Lesotho, Tom Thabane, cette conférence régionale de l’"EASSy" (Eastern Africa Submarine System) regroupe des ministres en provenance des pays membres du Marché commun des pays de l’Afrique australe et de l’est (COMESA) et d’autres faisant partie de l’initiative du Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique (NEPAD).

(SOURCE : Pana Press)