le Maroc EST beaucoup plus avancé QUE LE SENEGAL EN MATIERE DE LICENSE

Actualités Télécom

Le Maroc dépasse de loin le Sénégal en matière d'attribution de licences pour l'établissement et l'exploitation de réseaux de télécommunication. Le royaume chérifien a en effet octroyé en juillet 2006 trois licences de troisième génération. Et afin de rendre possible l'octroi de ces licences, il avait été mis en place un plan national des fréquences et engagé un processus de réaménagement du spectre au profit des départements d'Etat marocains. Les autorités compétentes de ce royaume ont pu attribuer en 2005 deux licences dites de nouvelle génération pour l'établissement et l'exploitation de réseaux fixes de télécommunications, y compris pour le transport des communications nationales et internationales avec trois innovations majeures dans ces licences.

Directeur général de l'Agence nationale de régulation des télécommunications (Anrt) du Maroc, Bencha Aboun qui en a fait hier la révélation, s'en explique : 'Il y a d'abord la neutralité technologique. Ainsi, chaque opérateur peut déployer les technologies qu'il souhaite établir sous réserve de la disponibilité des fréquences. Le Maroc voit ainsi se déployer les technologie Wi-Max. L'autre innovation, c'est qu'il y a une licence qui est autorisée à offrir des services dits de mobilité restreinte qui permettent à un client de n'appeler ou de ne recevoir que dans un périmètre précis. Dernière innovation, c'est l'encadrement des communications internationales permettant d'assurer une bonne transition à l'ensemble des opérateurs', a-t-il souligné.

En parallèle, d'autres leviers de régulation ont été introduits par l'Agence nationale de régulation des télécommunications du Maroc, selon M. Aboun. Il s'agit de la portabilité des numéros qui sera effective en janvier 2007 pour les réseaux mobiles et en mars de la même année pour les réseaux fixes. Selon Bencha Aboun, la sélection de transporteur sera également effective dans les mois à venir et un calendrier pour le dégroupage est maintenant public (janvier 2007 pour le dégroupage partiel et juillet 2008 pour le dégroupage total).

(SOURCE : Wal Fadjri)