L'ETAT MAURITIEN ESPERE OFFRIR DES ORDINATEURS AUTOUR DE RS 15 000 D'ICI LA FIN DE L'ANNEE

Actualités informatiques

Le gouvernement souhaite améliorer le taux de pénétration des ordinateurs dans les foyers. Un projet, initié par Microsoft Indian Ocean, a été pris en main par le ministre de la Technologie informatique et des Télécommunications. Il vise à diffuser des ordinateurs à bas prix pour les familles modestes. Le prix devrait se situer autour des Rs 15 000. Ce projet devrait être prêt d'ici la fin de l'année.

Prétendant au titre de cyber-île, Maurice n'a en effet pas de quoi être trop fière du taux de pénétration des ordinateurs dans les maisons. Les chiffres travaillés par les opérateurs du secteur montrent que seul un foyer sur quatre est équipé d'un PC. C'est certes très honorable lorsque l'on compare avec d'autres pays africains, mais pas très reluisant lorsque la comparaison est faite avec certains pays asiatiques en voie de développement ou des pays développés.

Ã- titre d'exemple, la France affiche un taux de pénétration de 50 %, le Danemark, 80 % et le Portugal, réputé pour être un des pays les moins développés de l'Union européenne, en est à 41 % actuellement et progresse à grande vitesse.

"Maurice n'est pas dans la moyenne. Ce serait bon d'atteindre les 40 %", commente Marc Henri Ravaux, country manager de Microsoft Indian Ocean. Soucieux de l'incapacité des familles modestes et à revenus moyens d'acquérir un PC, il a initié un projet en début d'année et voulait le concrétiser en août.

Ce projet visait initialement à proposer des ordinateurs à environ Rs 13 000, incluant un forfait Internet de six heures par mois et une version de Windows. Des pourparlers avaient été engagés avec la Banque de développement de Maurice pour la mise sur pied d'une formule d'emprunt où l'acheteur n'aura qu'à débourser au maximum Rs 400 par mois. Cela devait permettre aux familles ayant un revenu global et mensuel d'environ Rs 15 000 de monter dans le train de la cyber-île.

Mais depuis, il y a eu du changement. Le projet a été pris en main par le ministère de la Technologie informatique et des Télécommunications. "Ils étaient intéressés et j'ai donc accepté de leur refiler le dossier", explique Marc Henri Ravaux. Le projet ne connaîtra pas de mutations majeures, même si certains points seront revus. "On garde le cadre général et on peaufine certains aspects précis. Ce sera un projet qui rendra l'informatique accessible au grand public et nous démocratiserons ainsi encore davantage son usage", déclare un proche du dossier.

Des PC "low-cost" au Brésil et en Inde

Selon les recoupements, deux offres seraient travaillées. La première s'adresserait aux familles à revenus modestes. Ces dernières pourront acheter un PC à un prix très modeste. La seconde offre serait destinée à des foyers un peu plus aisés. Ceux-là pourront accéder à un ordinateur ayant une configuration un peu plus puissante.

Maurice n'est pas le seul pays qui envisage cette option pour disséminer la culture informatique parmi la masse. D'autres ont déjà travaillé dans ce sens, à l'instar du Brésil.

En 1999, le gouvernement brésilien a eu l'idée de développer un PC bon marché qui permettrait à un grand nombre de Brésiliens de se connecter à l'internet, de combattre l'illettrisme, permettant ainsi à l'économie du Brésil de s'améliorer tout en boostant un nouveau secteur, celui des nouvelles technologies. Six années plus tard, aucun projet dans ce sens n'avait eu le succès espéré. L'Inde a fait la même expérience avec son Simputer, qui n'avait pu décoller faute d'une technologie inadéquate.

Mais le grand avantage de Maurice est sa superficie. Annuellement, la vente des Pc se situe qu'à 27 000. En vendant 10 000 à 15 000 ordinateurs de plus, à travers le projet du gouvernement, le taux de pénétration s'en trouverait déjà grandement amélioré.

Ã- titre comparatif, en 2005, plus de 5 millions d'ordinateurs ont été vendus au Brésil. Encore faut-il avoir l'appui du secteur privé. Et a priori, celui-ci est partant. Depuis quelques années, les grands du secteur, à l'instar de Microsoft, Dell, IBM ou encore AMD ont mis au point des projets de low-cost PC. Comprenant que l'avenir du secteur passe en partie par les pays en voie de développement, ceux-ci sont plus enclins à donner un grand support à des projets de ce type. C'est ainsi que le Massachusetts Institute of Technology a pu développer plusieurs ordinateurs à bas prix dont un laptop vendu à $ 100 destiné aux pays émergents.

(SOURCE : L'Express)