LANCEMENT DE NOUVEAUX SERVICES : QUELLES SONT LES PERSPECTIVES DE MARCHE ?

L'éditorial du mois

Au début de ce mois, Cabo Verde Telecom, l’opérateur historique au Cap Vert a introduit un service télévisé par IP, ce faisan prenant de l’avance sur son concurrent. En parallèle Maroc Telecom a lancé Mobitalkie, un service de talkie-walkie sur portable (push to talk – POC) se positionnant ainsi sans doute parmi les premiers opérateurs en Afrique à offrir ce service. Qu’est-ce qui se passe ? Les marchés africains sont différents des autres marchés dans le reste du monde – c’est le leitmotiv qui revient sans cesse. Peut-être que oui peut-être que non ? Russell Southwood analyse plus en détail ces deux nouveaux services.

Cabo Verde Telecom a fondé une filiale CV Multimedia qui offrira 21 chaînes télévisées, l’internet et la voix, en d’autres termes une offre triple complète. Cette décision est vue comme une action préventive sachant qu’à l’issue d’un appel international d’offre, une seconde licence a été attribuée à Cabo Verde Digital qui envisage d’offrir 30 chaînes utilisant la technologie DVB-T.

Cabo Verde Digital est une filiale de Xiamen Sinonets Electronics, une société chinoise avec de l’expérience dans le domaine de la télévision par satellite en Chine (voir www.chinafujian.com). Il est à noter que cette licence n’autorise pas cette dernière à offrir des services de télécommunications.

CV Multimedia sera commercialisé sous la marque ZAP TV et coûtera 2,100 escudos (24 dollars US ) par mois. Cela inclut l’équipement nécessaire pour la réception du signal dont le coût de 28,000 escudos (320 dollars US) sera amorti sur une période contractuelle de 24 mois. A ce prix le consommateur recevra 20 chaînes étrangères et Televisaõ de Cabo Verde, la chaîne publique nationale.

Parmi les vingt chaînes étrangères, il y aura SIC Notícias, TV Record, Rai Uno, BBC World, TV5, TV Galicia, Infinito, Fox Life, Fashion TV, Euronews, Eurosport, Extreme Sport, TVE Internacional, CNBC, MCM, RTP-África, Lusomundo Premium, Lusomundo Gallery et Playboy SportTv, SIC, RTP1 et 2 et TVI.

Les deux opérateurs vont se battre pour un marché dont la population atteint juste 460,000 habitants. Pour Cabo Verde Telecom, la taille maximum de son marché est encore plus certainement délimitée par les 70,000 lignes fixes éligibles pour des services haut débit.

Les premiers compte rendus sur les expériences de télévision par IP en Afrique suggèrent quelques problèmes touchant à la stabilité de la diffusion des images. Les abonnés s’habitueront certainement à un temps de réponse plus lent lors d’un changement de chaîne. Les opérateurs devront peut-être aussi dire à leurs abonnés que ce n’est pas une bonne idée de regarder la télévision lorsqu’un autre membre de la famille utilise la même ligne pour passer un appel téléphonique !

En parallèle Maroc Telecom a lancé ce qui est sans doute l’un des premiers services de talkie-walkie sur portable sur le continent. Sous la marque MobiTalkie, le service coûte DH300 (34.50 dollars US) par mois pour un usage illimité. Les utilisateurs peuvent créer une liste de collaborateurs ou d’amis avec lesquels ils souhaitent communiquer de cette façon.

Cela dit le service est seulement disponible avec le portable Motorola L6 (aussi décrit comme le RAZR du « pauvre ») ou V360 mais la société a annoncé que d’autre portables compatibles seront disponibles sous peu. Maroc Telecom n’a pas encore annoncé les prix des portables compatibles mais le V360 par exemple est disponible ailleurs pour 200 dollars US – pas vraiment un portable pas cher !

Inévitablement le coût de l’abonnement et du portable rend ce service seulement intéressant auprès des professionnels. Ce nouveau service transforme votre portable en un talkie-walkie, mais par quel miracle quelqu’un va-t-il trouver utile d’avoir une conversation unidirectionelle à ce coût ?

Quelques soient les questions soulevées par ces deux nouveaux services ils montrent néanmoins que des technologies et des services développés dans le reste du monde font leur chemin en Afrique. Il reste à voir si ces services trouveront un marché ou si le leitmotiv sur la différence des marchés africains l’emportera.