GENRE ET TECHNOLOGIES DE L'INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION A L’HONNEUR AU BURKINA-FASO

Actualités informatiques

Le Réseau de communication d'information et de formation des femmes dans les ONG (RECIF/ONG) a procédé le 22 décembre 2006, au lancement du projet «Genre et TIC», destiné a promouvoir l'égalité des sexes dans la société de l'information.

Le projet «Genre et TIC» de RECIF/ONG veut à la fois renforcer les actions de développement des associations à la base par la promotion des compétences locales et favoriser l'accès des femmes aux technologies de l'information et de la communication. Partant de cette dynamique, le projet

Le ministre des Postes, des Technologies de l'information et de la communication, Joackim Tankoano (milieu) a salué la pertinence du projet.

précité a pour ambition de contribuer à la réduction de la fracture numérique du genre au Burkina Faso. Et cela, après avoir établi le constat selon lequel les femmes ont moins accès à Internet et les facteurs entravant leur accès à ces technologies sont nombreux. Manque de compétence pour utiliser les TIC, subdivision traditionnelle du travail selon le genre mettant les femmes à l'écart de l'économie de l'information, ignorance de la femme de ses droits à l'information font partie de ces handicaps.

Au regard de cette donne, les activités du projets se focaliseront sur la sensibilisation sur l'utilité des TIC, la conception de modules de formation adaptés au monde associatif, la formation en cascade des personnes ressources en TIC au niveau local, etc. Pour la présidente du conseil d'administration de RECIF/ONG, Mme Dorothée Batiga, le projet «Genre et TIC» est une opportunité offerte aux membres du réseau de quitter le monde des analphabètes du XXIe siècle pour entrer dans celui des burkinabè du futur. Les TIC ne doivent plus être perçues comme un luxe, mais comme un outil de travail permettant d'améliorer constamment votre rendement» , a ajouté Mme Batiga.

Le ministre des Postes, des Technologies de l'information et de la communication, Joachim Tankoano, présidant la cérémonie de lancement du projet a, pour sa part salué l'initiative de RECIF/ONG. Au Burkina, les femmes représentent 52% de la population et «cette frange qui joue un rôle déterminant dans le développement économique et social ne saurait être mise à l'écart de l'économie de l'information et du savoir si nous voulons atteindre les objectifs de réduction de la pauvreté» a reconnu le ministre Tankoano. Le projet «Genre et TIC», initié au profit des associations membres de RECIF/ONG est financé par le cadre de concertation des partenaires techniques et financiers en genre.

(SOURCE : Sidwaya)