ALGERIE: LES PREMIERS PC OUSRATIC LIVRES A BOUIRA

Actualités informatiques

Depuis le début du mois de mars, plusieurs dizaines de citoyens, demandeurs de micro-ordinateurs dans le cadre de l'opération -Un PC par foyer- ont pu enfin acquérir le produit au niveau de certains établissements privés qui représentent les fournisseurs de matériel informatique qui ont été associés par les pouvoirs publics à cette opération de grande envergure, dont le lancement a été effectué au mois d'octobre dernier, avec une large campagne d'explications qui avait suscité, au départ, un grand engouement chez les citoyens.

Cependant, la frénésie s'est vite confrontée à certaines difficultés en raison de la réticence affichée par les banques, à l'octroi du crédit équivalent au montant du modèle de PC choisi par chaque postulant.

De ce fait, les représentants des fournisseurs qui ont commencé par réceptionner les dossiers de demandeurs, se sont trouvés dans une situation confuse et les postulants ont été vite désenchantés. Car la majorité d'entre eux, travailleurs du secteur de l'éducation ou des administrations publiques, et dont le revenu mensuel était faible, ne disposaient pas de compte bancaire, alors que des fonctionnaires de certaines agences bancaires leur exigeaient, comme condition, l'ouverture d'un compte pour l'acceptation du dossier et par la suite l'octroi du crédit. D'après le gérant de la SARL Master Line Informatique, représentant de l'opérateur Kourty, la plupart des demandeurs avaient opté pour l'achat d'un Pentium 4 qui coûte 47 000 DA, car le remboursement du crédit et des intérêts était accessible pour eux. Le même représentant affirme avoir reçu des demandes de plusieurs localités de la wilaya, durant la même période, mais au départ, ajoute-t-il, les banques n'ont pas facilité l a démarche. Il a fallu attendre le mois de février pour que ces organismes financiers s'impliquent concrètement dans cette opération, décidée par le ministre de la Poste et des Technologies de l'information et de la communication et pour laquelle un grand nombre de banques s'étaient déclarées prêtes à accorder des prêts aux consommateurs. Cependant, les agences locales de ces banques n'ont pas mobilisé un nombre suffisant d'employés pour l'étude des dossiers, l'établissement des contrats d'assurance et la remise du chèque du crédit. Pour le fonctionnaire d'une banque que nous avons rencontré : «Les citoyens ignorent, souvent, les procédures qui doivent être suivies par les banquiers afin qu'ils soient sûrs de recouvrir le montant du crédit octroyé à l'usager. Ces organismes financiers ne veulent évidemment pas tomber dans la même situation que pour les crédits à la consommation alloués par le passé.»

Pour sa part, le gérant de la SARL Kourty, que nous avons joint par téléphone dernièrement, a indiqué avoir livré plusieurs dizaines de PC au profit d'acquéreurs de la wilaya de Bouira, la vente a connu une augmentation après la levée des contraintes bancaires.

L'opération de réception des dossiers et de montage des PC va être accélérée dans les prochaines semaines, car les responsables de cette société envisagent en collaboration avec leur représentant à Bouira, le montage de PC au niveau local, pour mieux couvrir la wilaya et les autres régions limitrophes.

(SOURCE : La Tribune)