ANALYSE DU MARCHE DES TERMINAUX PORTABLES EN ALGERIE

Actualités Télécom

Le marché de la vente de terminaux portables en Algérie va continuer d'être en forte hausse.

On compte actuellement en Algérie près de douze millions de personnes disposant d'un appareil de téléphone portable. Un chiffre qui pourrait être revu à la hausse d'ici à la fin de l'année 2007. Ce qui fait dire aux principaux acteurs du marché du portable en Algérie qu'il existe 10 millions de terminaux GSM en circulation et que ce nombre pourrait passer d'ici la fin 2007 à 15 millions à condition que à le rythme des ventes continue à emprunter la même courbe ascendante présentement.

Si l'on se réfère au rapport du cabinet d'études Strategy Analytics, qui avance que la croissance des abonnements aux services de téléphonie mobile au niveau mondial viendra essentiellement des pays que l'on dit émergents en Asie, Afrique (Algérie, Nigeria) et Amérique latine, on peut d'ores et déjà en déduire que le marché de la vente de terminaux portables en Algérie va continuer d'être en forte hausse.

Etat des lieux

Pour l'heure, le constat des lieux fait ressortir que ledit marché est dominé par une vingtaine de distributeurs représentants de plusieurs constructeurs mondiaux, dont le finlandais Nokia, le sud-coréen Samsung et l'américain Motorola. A titre indicatif, le constructeur Nokia est représenté par 5 distributeurs agréés, Samsung, : trois représentants et Motorola : un distributeur.

Ces distributeurs approvisionnent les points de vente. On estime le nombre de ces espaces commerciaux en activité entre 3 000 et 4 000. En fait, c'est ce qui concerne le circuit officiel car il existe un autre circuit de vente, celui de l'informel quoique son activité ait diminué ces derniers temps si l'on se réfère aux dernières statistiques de l'administration des Douanes algériennes.

L'impact du circuit informel

Selon quelques représentants exclusifs des marques que nous avons pu interpeller sur la question, l'informel a accaparé, en 2005, le taux de 30% du marché du portable alors qu'il était de 40% en 2004. Une baisse qui s'explique par les dernières mesures prises par le gouvernement sur l'activité d'importation de marchandises où il est exigé des importateurs la revue à la hausse de leur capital social au seuil minima de 20 millions de dinars et l'obligation de déclarer au préalable la marchandise importée avant son entrée sur le territoire national. Notons que le directeur général de Ring Algérie, distributeur officiel de la marque Nokia, nous a livré son avis sur la question de l'informel dans cette activité (voir entretien avec ce dernier). Pour en revenir aux caractéristiques du marché du portable en Algérie, le tableau des ventes réalisées par marque et la tendance de la demande clientèle donnent une idée significative sur laquelle il repose. En effet, au tableau des ventes réalisées, les constructeurs de téléphones portables Nokia et Samsung sont en tête de liste en Algérie. Bien que le constructeur finlandais ait cédé sa place de leader en 2004 à son concurrent coréen Samsung, il est revenu en force l'année dernière et continue de caracoler au haut du tableau des ventes au premier trimestre 2006 (voir chiffre dans l'interview).

De même, il est utile de savoir qu'en 2003, les importations en portables ont avoisiné les 5 milliards de dinars pour pas moins de 600 000 appareils de toutes marques, selon des chiffres publiés par le magazine spécialisée It Mag. C'est le coréen Samsung Electronics qui se taille la part du lion avec, pour cette même année (2003), une vente de 200 000 appareils vendus uniquement à travers les 1 500 points de ventes de son distributeur exclusif qu'est Kpoint. Com. Samsung est suivi par le finlandais Nokia et en troisième position l'américain Motorola au moment où le classement mondial fait ressortir Nokia assis à la première place. Dès lors, on peut se demander pourquoi cette différence dans le classement. De visu, on peut avancer que les donnes sont tout autres en Algérie. Dès lors qu'une grande partie d'abonnés restent très intéressés par le prix proposé du terminal, reléguant ainsi au second plan tout ce qui a trait au design, à l'appareil photo et à la caméra intégrée et a utres options multimédias. Donc, la priorité est donnée au côté prix du terminal. C'est pour dire que le haut de gamme reste encore très boudé ou plus précisément demeure encore dans l'esprit de nos concitoyens un produit de luxe. En fait, la tendance des ventes, et cela est indéniable, se cramponne au stade de l'entrée de gamme avec quelques intrusions sur le moyen de gamme comme nous l'a fait remarquer le patron de Ring Algérie (voir interview). En définitive, la grosse part des ventes de terminaux GSM se situe dans le segment élémentaire.

Le constructeur finlandais Nokia reprend sa place de leader

Il faudra remarquer que le retour en force de Nokia sur le marché algérien du portable revient sans aucun doute au succès que continue à connaître le Nokia 1100, un portable d'entrée de gamme qui affiche des ventes record et «c'est grâce à lui qu'il a été possible de retrouver notre place de leader, détrônant ainsi le coréen Samsung qui a fini par se délester du modèle R120 digne concurrent du N 1100», nous a affirmé Rani Mahrez. Un des facteurs qui explique pourquoi le constructeur Nokia détient, aujourd'hui, 40% de part du marché algérien. Preuve en est «Ring Algérie a totalisé la vente de 1,2 millions d'unités durant l'exercice 2005 alors qu'en 2004 la vente n'a pas dépassé le demi-million», indique ce dernier. Avec un tel chiffre de ventes, les observateurs avancent que c'est la meilleure performance de vente réalisée par un distributeur en une si courte durée.

Rappelons enfin que, du côté de chez Samsung Electronics, on s'apprête à reconquérir les parts de marché perdues en Algérie au profit de Nokia, on envisage une nouvelle stratégie à même d'y arriver. C'est tout ce que l'on a pu savoir de la part du premier responsable Samsung Algérie.

(SOURCE : La Tribune)