L'OUGANDA VEUT RECUPERER SON EXTENSION

Actualités Internet

Le .UG est géré par un administrateur privé. Mais le gouvernement conteste cette gestion privée d'une ressource nationale et veut reprendre le contrôle de son extension.

Ces cas de gouvernements souhaitant reprendre la main sur leurs extensions se font de plus en plus courants. Ainsi notre confrère The East African relate la confrontation actuelle entre Charles Musisi et la Commission des Communications Ougandaise.

Décrit comme un "entrepreneur de l'Internet", Charles Usisi est le gestionnaire attitré du .UG. Il gère l'extension nationale ougandaise depuis 1995 au sein de sa société, Uganda Online. Une gestion qui lui a été accordée dans les règles par l'IANA.

La Commission des Communications Ougandaise est le régulateur des télécommunications du pays, l'équivalent de l'ARCEP en France (auparavant appelée l'ART). Cette entité gouvernementale souhaite récupérer le .UG pour "le rendre plus accessible financièrement et accesible au plus grand nombre".

Pas de gestion gouvernementale des extensions

L'éventualité d'une reprise de contrôle gouvernementale du .UG ne semble pas ravir les professionnels du secteur Internet en Ouganda. "La Commission des Communications devraient se cantonner au développement des politiques générales," explique un expert du secteur. "Il est plutôt déconseillé aux gouvernements de s'impliquer directement dans la gestion d'une extension."

De fait, Charles Musisi semble avoir bien géré le .UG jusqu'à présent. Les marchés du nommage sur Internet ne sont certes pas très développés en Afrique, mais le .UG est l'extension la plus importante d'Afrique de l'est avec 4 000 devant le Kenya (3 000 noms) et la Tanzanie (800 noms).

La première extension africaine reste de loin le .ZA (Afrique du sud) avec 300 000 noms devant l'Egypte (50 000 noms). Mais l'Ouganda serait 3ème de ce classement continental.

Le .UG est une extension libre, historiquement ouverte en deuxième niveau (le .CO.UG étant le principal sous-domaine) mais accessible en premier niveau depuis 2004.

(SOURCE : Domaine Info)