PRESENTEZ VOS CARTES AU CAMEROUN

Actualités informatiques

L'avènement de la carte électronique et de la i-card a allégé les opérations bancaires, et même les achats de la vie courante.

En cette fin de mois, Anna Fonka est plutôt à court d'argent. C'est donc avec beaucoup d'espoir qu'elle se rend à la banque, espérant y percevoir son salaire. A la vue de l'interminable rang, elle ressort découragée, avant de se diriger sereinement vers le distributeur automatique en sifflotant : " Vive l'avancée de la technologie ! A l'intérieur c'est la mort ! ", dit-elle en récupérant de l'argent cinq minutes après l'opération.

A coup sûr, la carte et le porte-monnaie électroniques sont venus résoudre de sacrés problèmes. Combien de fois ne nous est-il pas arrivé de rebrousser chemin devant la banque à cause de l'affluence et de la lenteur des opérations ? Avec l'arrivée de la carte bancaire, c'est clair, plus besoin de s'aligner des heures pour retirer de l'argent. " Il arrivait qu'on patiente des heures ou même la matinée entière pour pouvoir retirer de l'argent. Aujourd'hui avec les distributeurs automatiques, on gagne en temps ", explique Dora Mabou, médecin.

Pour Gisèle Afana, communicatrice, le porte-monnaie électronique est encore mieux que la carte du distributeur. Nouveau produit dans le même registre que la carte électronique, il permet à l'aide d'une carte qu'on recharge, de consommer dans toutes les surfaces comprenant des terminaux appropriés sans avoir d'espèces. " Plus besoin de marcher avec du liquide. Car avec ma i-card je consomme dans une station d'essence, dans les magasins, et même dans certains restaurants de la ville ", explique Gervais Manga, informaticien. Par ailleurs, les clients de ce porte-monnaie particulier évoquent sa sécurité. " Je suis au moins sûr de marcher avec 100 000 F sans m'inquiéter, où courir le risque de me faire agresser ou dépouiller ", soutient Patrick Mandeng, infographe.

Toutefois, même si les clients reconnaissent le côté pratique de ces gadgets, ils émettent quelques réserves quant à ces petits sésames. Annie Mbarga se plaint par exemple des distributeurs qui sont souvent en panne. " Parfois, il n'y a pas moyen de retirer de l'argent parce que le distributeur est hors d'usage. Quand c'est le week-end et qu'on n'a pas d'argent, ce n'est pas gai ! ", lance-t-elle. Pour le porte-monnaie électronique, la i-card comme on l'appelle, il y a aussi quelques limites. L'usage de cette carte demande un terminal et seules les grandes surfaces en possèdent. Du coup, il faut toujours avoir du liquide au cas où l'endroit où on effectue les achats ne possède pas de terminal. Pourtant des " Bayam-salam " (qui brassent de grosses sommes) rencontrées souhaitent détenir ce porte-monnaie qui permet d'avoir son argent mais sans liquidités.

Ceci dit, lors de l'ouverture d'un compte, les cadres commerciaux des banques expliquent que le choix des clients se porte naturellement vers un service avec la carte électronique, ou vers le porte-monnaie électronique. Vive les avancées.

(SOURCE : Cameroon Tribune)