LE CAMEROUN PREPARE SA MUTATION NUMERIQUE

Actualités informatiques

Le plan de stratégie nationale des Tic est en préparation.

C'est un document de près de 100 pages qui constitue, pour l'instant, le vaste catalogue des intentions du Cameroun dans la marche vers la société de l'information. Intitulé " Plan national des infrastructures de la communication et de l'information du Cameroun (Nici) ", il s'agit d'un document préparatoire élaboré par des experts nationaux sous la coordination du ministère des Postes et télécommunications, avec l'appui de la Commission économique pour l'Afrique. Le premier draft a été finalisé fin mars dernier. Il sert en ce moment de support à une nouvelle phase de consultation qui vise, à " recueillir des observations des acteurs du développement des Tic au Cameroun ", avant de passer à la phase de sa validation.

Au cas où " le plan Nici " est adopté, ce sera le premier document du genre qui, de manière officielle, fixe le cadre stratégique de développement des Tic au Cameroun. On a connu par le passé un certain éparpillement des énergies à travers des divers pôles de recherche et de développement qui était loin d'asseoir une vision cohérente de la manière dont le Cameroun entendait s'arrimer à société de l'intelligence. On peut par exemple citer les expériences pionnières de Camtel et du Cenadi en 1994, puis celles innovantes mais passagères du Ministère de la Recherche scientifique avec Hogbe Nlend, enfin celles des initiatives individuelles (secteur privé notamment) qui ont littéralement fait exploser le domaine. Cependant qu'on oubliait d'harmoniser ou simplement de légiférer, dans un secteur en pleine mutation.

C'est donc en rattrapage que le gouvernement du Cameroun tente aujourd'hui de planifier son arrimage à la société de l'information. Il était temps, au regard des opportunités innombrables et des voies prodigieuses, malheureusement pas toujours utilisées à bon escient, qu'offre les technologies de l'information et de la communication, véritable mine de la connaissance partagée.

" Transformer le Cameroun en une société et une économie de l'information et du savoir d'ici l'an 2020 ", telle est la vision du Plan Nici, qui s'inspire d'un contexte général de lutte contre la pauvreté. Les experts croient trouver en les Tic une garantie d'une " meilleure participation à l'économie mondiale, tant sur la capacité à favoriser la croissance, notamment en stimulant les investissements, que dans la facilitation se l'accès sur les marchés extérieurs ".

La vision n'est pas seulement sociale ou économique. Il s'agit, plus globalement, de mettre l'information au service du savoir. Car c'est elle qui " contribue à la performance d'une Nation, en terme d'efficience de l'administration publique, du secteur privé et de la société civile ". Même l'aspect réglementaire n'a pas été négligé. Le tout formant le socle de cette démarche stratégique qui se veut un guide référentiel pour " préparer le Camerounais à devenir le citoyen planétaire du 3è millénaire ".

Ce qui gène cependant dans ce document, c'est la faiblesse des approches pratiques de développement des Tic par secteur. L'état des lieux est quelquefois éloquent (le cas du développement du mobile), il l'est moins pour certains domaines (cybercafés) et même peu prospectif pour certains secteurs d'avenir (le multimédia et le l'e-learning par exemple). Concrètement, on a l'impression que le document se limite à énoncer les principes généraux de l'adoption de politique nationale des Tic, mais on ne sait toujours pas de quelle manière le citoyen camerounais de 2020 se singularisera dans un aux horizons immatériels. Quelle sera la plus value de la société camerounaise dans la société de l'information en 2020 ? C'est davantage en ces termes que le plan Nici aurait dû attaquer la question, plutôt que de préparer le Camerounais, comme c'est dit en liminaire, " à devenir le citoyen planétaire du 3è millénaire ". Puisque nous y sommes déjà.

(SOURCE : Le Quotidien Mutations)