MICROSOFT VS LOGICIELS LIBRES,  LA BATAILLE DES DEUX TOURS COMMENCE AU MAROC

Actualités informatiques

Au Maroc, le débat autour des logiciels libres commence à faire réagir les décideurs de tous bords. Le ministre des Finances vient de faire basculer les installations informatiques de ses départements vers les logiciels libres. Les autres ministères devraient en faire autant. Mais c’est dans l’enseignement où le choix sera décisif compte tenu des enjeux. Car la démocratisation de l’outil informatique et la réduction de la fracture numérique sont là pour le rappeler, écrit "lematin.ma".

En effet, d’après un autre journal marocain, "lejournal-hebdo.com" dans un article intitulé "Microsoft - Etat : un marché de dupes ?", la firme de Bill Gates a réalisé son plus important coup sur la première tranche du programme dit "Génie".

Selon la même source, le programme est censé œuvrer pour l'équipement de toutes les écoles marocaines en matériels informatiques. 8 600 établissements à informatiser en trois ans, quelque 150 000 postes de travail à livrer, un marché plus qu'alléchant doté d'une enveloppe globale d'environ 1,2 milliard de dirhams ( 0,8 milliard de dinars). Rien que le premier lot, prévu en 2006, porte sur 41 000 PC destinés à 3 000 écoles.

Si l'initiative est incontestablement louable, l'élaboration du cahier des charges pour cet appel d'offres privilégie de manière flagrante les produits de la compagnie de Redmond, poursuit "lejournal-hebdo.com".

Du côté de Microsoft, Nasser Kettani, directeur régional de Microsoft Afrique du Nord déclare :" Nous accompagnons le ministère de l'Education depuis plus de deux ans sur divers projets. Microsoft a investi dans le cadre de ce programme quelques millions de dollars. Si aujourd'hui, il a porté son choix sur nos produits, c'est bien le fruit d'une confiance construite grâce à ce partenariat citoyen…", rapporte la même source.

Dans l’autre camp, "Nous n'avons pas eu droit au même traitement qu'a eu Microsoft. Nous avons tenu quelques réunions avec la commission, mais nous avons toujours senti que le choix a été déjà fait ", déclare Christophe Pellerin, directeur général de Liberty Tech, la filiale marocaine de Mandriva, éditeur des logiciels Linux, à la même source.

Toutefois, l’hebdomadaire marocain se montre optimiste. Avec ce marché offert sur un plat à Microsoft, le Maroc a raté une belle occasion de montrer qu'il existe bien des alternatives aux logiciels de la firme américaine et surtout de vulgariser ces technologies. La cause n'est pas perdue pour autant. La bataille commerciale pour les prochaines tranches du programme " Génie " s'annonce serrée. On annonce déjà l'arrivée de grands noms d'éditeurs de logiciels libres que sont Redhart et Suse, conclue "lejournal-hebdo.com.

(SOURCE :  Tunis Hebdo)