Huawei et la percée chinoise

Actualités Télécom

L’implication des Chinois dans le marché de la téléphonie au Cameroun s'intègre dans un vaste déploiement en Afrique des entreprises de télécommunications chinoises qui, depuis 1999, y développent des technologies bon marché; à l'exemple du Cdma réadapté aux besoins essentiels des Africains (quelques fonctions seulement). Deux sociétés, Huawei technologies et Zhongxing (Zte) soutenus par le gouvernement chinois sont présentes en Afrique du nord et en Afrique subsaharienne. En coopération avec la compagnie de téléphone d’Égypte (Etc), Huawei y a par exemple transféré la technologie du Cdma et fabrique sur place des appareils de téléphonie pour le marché local et sous-régional (Algérie, Tunisie, Maroc, etc.) Avec une implantation au Nigeria et une base à Maurice, Huawei entend également fournir des équipements téléphoniques dans toute l’Afrique noire.

De même, Zte a signé un partenariat avec la Tunisie, l’Algérie, la Guinée, le Kenya, la Zambie, l’Ethiopie, le Mali, etc. C’est ainsi, par exemple, que la Société des télécommunications du Mali a lancé, fin 2005, le Cdma 2000 grâce aux installations implantées dans le cadre d'un partenariat liant la Sotelma à Zte. Par ailleurs, l’Inde tente aussi une pénétration en Afrique en passant par l’Ile Maurice. Mahanagar telephone Mauritius, opérateur indien, a mis fin au dernier monopole de Mauritius telecom, avec un service sans fil (Cdma) et des tarifs plus bas que ceux de Mauritius telecom.

(SOURCE : Le Messager)