PROCES DU RESEAU SPECIALISE DANS LE PIRATAGE DES LIGNES TELEPHONIQUES  A ALGER

Actualités Télécom

Entre 8 et 10 ans de prison ferme pour des cadres des PTT et leurs  complices palestiniens.

Le tribunal criminel près la cour d'Alger de Abane Ramdane a rendu hier  son verdict concernant 36 prévenus (algériens, palestiniens et un  irakien) accusés de dilapidation de deniers publics ayant causé un  préjudice de 57 milliards de centimes à Algérie Télécom. Les principaux  accusés, cadres et fonctionnaires des postes et télécommunications ont  écopé chacun d'une peine de dix années de prison ferme. Leurs complices,  Palestiniens dans leur majorité ont été condamnés à des peines allant de  5 à 8 ans de prison ferme.

Pour le reste, des acquittements ont été prononcés. Rappelons que ce  procès concernait un réseau spécialisé dans le piratage des lignes  téléphoniques entre les années 2000 et 2004.

Des techniciens d'Algérie Télécom ont installé des lignes téléphoniques,  piratées pour certaines, et non-enregistrées pour d'autres, dans des  appartements loués par les Palestiniens, une pizzeria, une agence  immobilière à Didouche Mourad .

Des «taxiphones clandestins» offrant des communications à l'étranger au  prix de 600 DA l'heure ont été alors offerts avant que ces lignes ne  soient transférées vers une vingtaine d'opérateurs privés installés en  Arabie saoudite d'où des communications vers le reste du monde étaient  effectuées à des prix très concurrentiels.

Les «pirates» ne se sont pas contentés des lignes fictives ou en  dérangement, dont les propriétaires étaient surpris par le coût élevé de  leurs factures, mais ont même piraté trois lignes appartenant au palais  du gouvernement, d'autres à Sonatrach, celles d'entreprises privées ou  encore de la Direction du tourisme de la wilaya d'Alger et de  l'ambassade d'Argentine.

(SOURCE : La Tribune)