MTN RACHETE POUR 45 MILLIARDS FCFA LES ACTIFS DE LIBERTIS OPERANT AU   CONGO - BRAZZAVILLE

Actualités Télécom

L'administrateur directeur général de MTN (réseau de télécommunication  mobile), Yannick Bourdeau a annoncé le lancement officiel du groupe MTN  CONGO en remplacement de Libertis racheté à 45 milliards Fcfa en  décembre dernier auprès d'ORASCOM, un groupe égyptien, a-t-on appris.

« La bonne image de qualité technique que véhiculait feu Libertis, sera  maintenu, mais il est plus qu'urgent pour MTN CONGO, d'augmenter la  capacité et d'étendre la couverture de son réseau », a indiqué M.  Bourdeau, précisant que plus de 60 nouveaux sites radio seront  installées avant fin 2006, dont une quinzaine destinés à la couverture  des villes congolaises.

M. Bourdeau a dit que son groupe va construire un réseau propre de  transmission entre les deux grandes villes du Congo (Brazzaville et  Pointe Noire), pour proposer la meilleure qualité possible que n'a pu  réaliser Libertis à peine accessible dans cinq localités du Congo tandis  que son concurrent CELTEL CONGO couvre plus d'une cinquantaine de villes.

« Nous allons déployer une nouvelle plate-forme de services à valeur  ajoutée, nous permettant de proposer à nos clients, actuels et futurs,  la panoplie des services les plus avancés et qui correspond à leurs  véritables besoins. Ces investissements, pour l'année 2006, devraient  atteindre plus de 10 milliards de Fcfa », a-t-il souligné.

Avec 23,2 millions d'abonnés au niveau africain, MTN est l'un des  premiers opérateurs téléphonique en Afrique.

Par ailleurs, pour réussir sa nouvelle vision et combler le vide laisser  par la défunte Libertis, M. Bourdeau estime qu'il faut entamer des  réformes dans le but d'attirer, de développer et de retenir les  meilleurs talents.

Pour les aspects marketing et commerciaux, MTN CONGO va élargir son  offre de services et de tarifs pour « coller » aux besoins de chaque  segment de la population.

MTN est né en Afrique du Sud en 1994. Il est implanté aujourd'hui dans  10 pays africains.

(SOURCE : Gabonews)