Courant porteur en ligne déployé en Afrique du Sud et en Uganda – la télévision par IP à l’essai cet automne.

L'éditorial du mois

La technologie basée sur le courant porteur en ligne pour la transmission de données a souvent fait de grandes promesses mais les résultats concrêts se sont toujours faits attendre. Néanmoins, Goal Technology Solutions (GTS) vient de mettre en service 30 Mb en Afrique du Sud et la société s’employe aussi à déployer le même service avec UTL en Uganda. En octobre prochain ils testeront un service de télévision sur IP. Russell Southwood a parlé avec Adrian Maguire, PDG de GTS, à propos de leur succès dans un domaine technologique ou tant d’autres projets ont échoués.

GTS est une filiale de la division Power line Communication de la société Grintek Telecom. L’équipe qui compose GTS a travaillé deux ans dans cette division de Grintek avant de fonder GTS en septembre 2004. Adrian Maguire, le PDG de GTS est très honnête à propos des premières années de démarrage: « Nous avons eu peu de succès durant les deux premières années. Nous avons travaillé avec un certain nombre de fournisseurs dont l’équipement c’est révélé peu fiable pour une utilisation commerciale. A cela c’est ajouté un problème de coût ». Aujourd’hui ils sont les seuls revendeurs et intégrateurs pour l’Afrique australe d’équipements fabriqués par Mitsubishi dans le domaine de la technologie de transmission de données au moyen de courant porteur en ligne. Maguire souligne « c’est de la technologie DS2 mais nous avons entrepris pas mal de développement local. Nous avons fait des adaptations pour améliorer la fiabilité. Grâce à ces modifications, nous avons pu passé de la phase test à la commercialisation du service ».

Les essais d’envergure ont débuté en novembre 2005 avec 130 foyers à Prétoria. Selon Maguire : « nous avons testé une seconde génération d’équipement en matière de courant porteur en ligne. Ce test a constitué notre premier expérience grandeur nature. Notre client, la commune de Tshwane souhaitait 4-6 Mb par foyer mais nous avons été capable de fournir une connexion à 30 Mb par foyer ». La société s’oriente ainsi dans la fourniture de connexions de proximité.

En travaillant avec acharnement sur les applications qui pourraient être fournies au moyen de cette technologie, la société est entrain de démontrer la viabilité de cette méthode de transmission. Ils ont testé la voix et l’internet tandis qu’ils assurent la transmission d’informations provenant des caméras de sécurité de haute définition et de compteurs d’eau. Maguire explique : «  la fiabilité est telle qu’ils n’ont pas besoin d’interventions de maintenance ». En octobre prochain ils comptent tester leur premier transmission télévisée par IP.

GTS travaille à présent au déployment du service sur deux autres sites : l’un à Durban et l’autre en Uganda. La commune de Durban a donné à GTS deux projets épineux : une école et deux maisons situés à quelque distance d’une station de transport en commun. En Uganda, la société travaille au déployement du service dans un certain nombre de bureaux d’UTL éparpillés dans la ville de Kampala. Il est aussi question de de déployer le service dans des communautés sécurisées en Afrique du Sud. La société explore aussi les potentiels dans d’autres pays africains tels que le Congo RDC et le Rwanda.

L’un des principaux problèmes relatif à cette technologie est constitué par les interférences provoquées par les bruits environnants. Selon Maguire : « chaque fois que quelqu’un met en route un appareil électrique, une machine à laver par exemple, cela génère des bruits. Cette nouvelle technologie introduit un temps d’attente pour permettre la réduction du bruit une fois que le moteur a démarré. Le réseau est testé 1,500 fois par seconde. Lorsque l’intensité du bruit s’est stabilisée nous redémarrons la transmission en tenant compte de l’interférence créée par le bruit. »

Qu’en est-il du coût ? La connexion de l’usager est fait avec un modem similaire à un modem ADSL qui fournit une connexion entre 6-200 Mb. L’équipement et le cablage d’un usager coute entre 280 et 321 dollars US et comprend un codec VoIP intégré. Maguire reconnait que cette technologie n’est pas nécessairement la moins chère mais « elle peut fournir une transmission avec un plus grand débit et une meilleure qualité ». Est-ce que les prix vont baisser ? « Les prix de l’équipement ont déjà baissé de 35% depuis le début de l’année » et Maguire reconnait « qu’ils vont continuer à baisser en sachant que cette technologie est de plus en plus acceptée. »